Chien dominant : nos conseils et solutions

0 Commentaires

Le chien dominant est un véritable fléau pour certains foyers. Cette dominance perçue peut même être la cause de troubles comportementaux graves.

Il est important de bien distinguer les relations de dominance entre des individus qui appartiennent aux mêmes espèces (intraspécifiques) de celles qui ont lieu entre ceux d’espèces différentes (interspécifiques). Nous verrons d’ailleurs que ces dernières ne se déroulent en fait pas sous forme que beaucoup imaginent.

Pour régler le problème de votre chien, regardons d’abord ce qu’on entend par « être dominant ».

Qu’entendons-nous par dominant ?

Si on cherche dans le dictionnaire, on trouvera simplement : « Fait de dominer ». Cela nous fait une belle jambe !

Plus sérieusement, quand on dit qu’un chien est dominant, cela signifie que dans votre relation avec lui, il prendra constamment le dessus tandis que vous vous soumettrez.

Le chien n’est en fait jamais vraiment dominant avec l’homme. C’est plutôt un opportuniste et nous le verrons plus en détail par la suite.

Cette impression que le chien cherche à nous dominer vient en fait d’un problème de socialisation.

Est-ce que la dominance entre deux individus d’une même espèce existe ?

Parlons de la dominance intraspécifique, c’est-à-dire la dominance entre deux individus d’une même espèce. Lorsqu’on évoque la meute, le groupe, on parlera plutôt de hiérarchie.

Les clichés sur le chien qui serait dominant viennent du fait que dans l’esprit collectif, le chien et le loup ont les mêmes attributs. Or le chien ayant été domestiqué par l’homme il y’a des milliers d’années, ce sont aujourd’hui des espèces très différentes.

Pour démystifier cela, intéressons-nous à la dominance chez deux espèces : les chiens et les loups.

La dominance chez les loups

Des observations scientifiques archaïques à l’origine de certaines idées reçues sur les loups

Vous avez surement déjà entendu parler de l’expression « mâle alpha » assez répandue et qui de nos jours est à la mode. Cette dernière vient de la croyance selon laquelle dans une meute de loups, il y aurait un mâle alpha qui serait en quelque sorte le chef du groupe. Ce serait lui qui mangerait en premier lors des repas et qui bénéficierait de toutes sortes d’autres prérogatives propres aux mâles de son rang.

Cette idée fut autrefois répandue du fait de chercheurs qui observèrent des loups en captivité. Ils ont constaté durant leurs observations une hiérarchie linéaire plaçant le mâle alpha au-dessus de tout.

De nouvelles études scientifiques, de nouveaux constats plus précis

Le principal défaut des anciennes observations est que les loups étaient captifs et donc pas mis en situation dans leur état naturel. Cela rendait les résultats des études totalement biaisés, car ils ne reflétaient pas la réalité.

Par ailleurs, les loups observés provenaient de plusieurs meutes différentes. Ils n’appartenaient pas à la même famille contrairement à ce que l’on observe dans la nature.

De nos jours, les scientifiques ont donc remis ces études en question et sont partis observer les loups dans leur habitat naturel, sur une île déserte. Les loups des meutes en question appartenaient cette fois à la même famille. Les chercheurs ont alors découvert que la mère et le père des membres des meutes étaient les véritables chefs et que la hiérarchie n’était pas linéaire, comme on le croyait jusqu’alors.

En effet, les louveteaux passent en priorité durant les pénuries de nourriture.

Le mythe du mâle alpha tombe alors. En effet, la hiérarchie existe chez le loup, mais pas sous la forme qu’on imagine. C’est plus un équilibre familial mis en place pour la survie du groupe sur le long terme.

La dominance chez les chiens

Revenons au cas des chiens, le sujet principal de ce site ! Il est clair que les chiens sont une espèce très éloignée des loups, ils n’ont donc pas le même comportement qu’eux. Un des principaux éléments qui les distinguent est la façon dont ils se procurent la nourriture. Dans un souci de survie, le loup doit partir à la chasse et prendre des risques dans la nature tandis que le chien se voit servir des croquettes par son maître. Aussi, ils n’ont pas tout à fait les mêmes besoins nutritionnels.

Les observations scientifiques sur les chiens démontrent qu’il n’y a pas de réelle relation de dominance entre eux du fait de leur changement de comportement selon la situation et le contexte.

Ainsi, on a observé qu’un chien pouvait se montrer dominant envers un autre pour protéger une ressource spécifique comme la nourriture et tout de suite après se montrer soumis dans d’autres contextes. Le comportement du chien dominant (ou soumis) dépendra donc plutôt de son niveau d’intérêt pour une ressource.

La dominance entre les chiens existe donc bel et bien, mais on ne parlera pas de caractère dominant, car celle-ci fluctue en fonction des situations. Un chien ne peut être fatalement dominant.

La dominance entre le chien et l’homme existe-t-elle ?

À présent, parlons de la relation « dominant dominé » entre le maître et son chien.

Nous entendons beaucoup les phrases « pour me faire respecter, je dois être le chef de meute, je dois dominer mon chien », « mon chien a un caractère dominant, c’est comme ça » ou encore « mon chien m’aboie dessus, il me domine ».

Le chien dominant : un animal opportuniste

Ce sont souvent en ces termes qui parlent les dresseurs de chiens pour se dédouaner des comportements de leur animal. « Finalement, ces comportements sont logiques puisque mon chien est dominant. »

Un point important à souligner est que la science n’a jamais pu démontrer une hiérarchie de dominance entre les chiens et les êtres humains.

Le chien est avant tout un animal en quête de plaisir, il se tournera naturellement vers les options qui lui apportent le plus d’allégresse. De ce fait, le chien est un opportuniste plutôt qu’un planificateur-stratège. En effet, il ne se lèvera jamais un beau jour avec des plans machiavéliques de domination sur le reste de la famille. Heureusement pour nous, les chiens ne sont pas assez évolués et leur cerveau n’est pas assez développé pour cela.

Toutefois, cet opportunisme du chien peut être en total désaccord avec ce que nous, en tant que maîtres, attendons de lui.

Chien dominant : Exemples de comportements de la vie de tous les jours associés à de la domination

Certains comportements que l’on tend à expliquer par un caractère dominant s’expliquent tout simplement par le fait que le chien y trouve son compte. Par exemple si votre chien vous saute dessus, c’est parce que vous lui aviez surement donné une caresse un jour lorsqu’il l’a fait. S’il préfère dormir dans le lit que dans son panier, c’est peut-être parce qu’il le trouve plus confortable et qu’il a en prime parfois le droit à vos papouilles. Si le chien aboie parfois dans le jardin, c’est surement que le bruit qu’il a entendu s’est estompé au moins une fois, suite à ces derniers.

Quand on éduque un chien, il faut toujours aller au plus simple. Comprenez que le chien fonctionne beaucoup par association. S’il associe une action à un plaisir, il aura tendance à la reproduire.

Nos conseils pour changer son attitude de « chien dominant »

Un chien ne naît pas dominant, c’est à vous de le dresser correctement et de lui imposer vos règles et vos limites. On ne cherchera pas à dominer son chien, mais à établir une relation gagnant-gagnant avec lui. Il faut que vos rapports maîtres/chien soient sains et équilibrés. Ainsi, les règles ne seront pas établies dans la violence ou la maltraitance au risque de le rendre malheureux. Le but n’est pas que le chien nous craigne, mais qu’il nous respecte et qu’il soit heureux.

Les méthodes d’éducations positives fonctionnent parfaitement et vous permettront d’y parvenir.

Ainsi, on lui communiquera systématiquement nos attentes et nos besoins dans la joie et la bonne humeur.

Le chien dominant en résumé

  • Le loup et le chien sont des espèces très différentes et ont donc des fonctionnements différents. En effet, le chien fut domestiqué par l’homme il y’a des milliers d’années.
  • Ne croyez pas en l’idée reçue de mâle alpha chez les loups, leur hiérarchie n’est en fait pas linéaire
  • Le chien n’est pas fatalement dominant envers d’autres chiens, cela dépendra de la ressource mise en jeu et du contexte
  • Le chien « dominant » doit être sociabilisé, car son comportement peut entrainer des troubles comportementaux graves
  • Il n’existe pas de relations de dominance entre le chien et d’autres espèces. Les études scientifiques réfutent une quelconque domination du chien sur l’homme.
Categories: Comportement

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :