Sevrage du chiot : son déroulement étape par étape

0 Commentaires

Le sevrage du chiot est une étape primordiale de la vie de votre compagnon.

Pour différentes raisons, certains propriétaires ne pourront pas garder les bébés chiens indéfiniment et devront effectuer un sevrage de leurs chiots. De ce fait, il est toujours bon de s’y préparer et de se renseigner sur le processus.  

Pour leur permettre de quitter leur mère sereinement, apprenez avec notre article les règles d’or du sevrage de chiots.

Qu’est-ce que le sevrage du chiot ?

Le sevrage du chiot consiste au passage de l’alimentation lactée de sa mère à une alimentation solide. Le sevrage doit être effectué progressivement, car il expose le chiot à des changements auxquels son organisme est encore étranger.

Les 5 règles d’or du sevrage du chiot

Règle n° 1 : Choisir le bon moment pour commencer le sevrage du chiot

Généralement, on commence le processus de sevrage de chiots entre la 3e et la 4e semaine après leur naissance. C’est à ce moment qu’ils commencent à réellement s’intéresser à leur environnement. Théoriquement, la maman chienne ne produit plus beaucoup de lait entre les 24e et 28e jour qui suivent l’accouchement.  

Règle n° 2 : Choisir les aliments adaptés au sevrage du chiot

Pour un sevrage optimal du chiot, rendez-vous dans une animalerie et procurez-vous un substitut de lait adapté à vos chiots. Faites bien attention aux marques que vous choisirez : elles ne sont pas toutes fiables.

Sachez que vous avez aussi la possibilité de vous rendre chez le vétérinaire qui saura vous éclairer sur les meilleurs produits. Toutefois, si vous êtes actuellement dans l’incapacité de consulter un professionnel et que vous n’avez aucune idée de la marque de lait à acheter, nous vous conseillons la marque Royal Canin. En effet, elle dispose d’une formule de lait en poudre avec un bon rapport qualité/prix.

Il est possible que vous ayez envie de donner du lait ordinaire ou maternisé aux chiots. Avant de tenter l’expérience, sachez que chaque organisme est différent. De ce fait, les chiots ne réagiront pas tous de la même manière au lait. Certains réagiront positivement. D’autres négativement.

Règle n° 3 : Toujours tester le lait sur les chiots

Préparez une assiette de lait puis placez-la devant le chiot.

L’assiette a pour avantage de lui être facilement accessible. Elle le mettra dans les dispositions les plus confortables pour le test.

Trempez ensuite vos doigts dans l’assiette de lait et passez-les sur la gueule du chiot. Observez-le attentivement puis continuez ainsi jusqu’à ce que le chiot tète vos doigts.

Règle n° 4 : Bien guider le chiot vers l’assiette

Une fois que le chiot tète vos doigts, enlevez-les progressivement. Le but ici est d’influencer le chiot pour qu’il suive vos doigts en se dirigeant vers l’assiette. À la fin, il devra laper le lait dans l’assiette. N’oubliez pas de féliciter le chiot lorsqu’il réussit cette étape, il en sera content. Répétez ce processus plusieurs fois par jour durant quatre à cinq jours jusqu’à ce qu’il s’adapte à cette nouvelle routine.  

Règle n° 5 : Mélanger le lait avec de la nourriture semi-solide

Avant de débuter le sevrage, demandez toujours à votre vétérinaire quelle nourriture est la plus adaptée pour vos chiots. Par exemple, si vous prenez des croquettes ou d’autres aliments solides, émiettez-les ou transformez-les en purée pour que vous puissiez mélanger les morceaux grâce au substitut de lait. Appelez les chiots pour qu’ils se mettent devant le mélange.

Ce processus doit rester ininterrompu durant deux à quatre semaines, le temps qu’ils s’y adaptent et répètent la routine. Pendant ces quelques semaines, veillez à diminuer progressivement la quantité de lait que vous utilisez. L’objectif est que les chiots mangent enfin des aliments solides.

L’alimentation et sevrage du chiot : à quelle fréquence le nourrir ?

Le processus de sevrage d’un chiot demande énormément d’attention, de temps et d’investissement. La première semaine de sevrage de chiots doit avoir un rythme régulier, donnez-leur du lait six à huit fois par jour en petite quantité.

Lorsque vous verrez qu’ils commencent à pouvoir mieux digérer les aliments solides, réduisez la fréquence des repas et passez à quatre fois par jour.

Attention toutefois, n’augmentez pas trop brusquement la quantité, procédez graduellement. Dès que les chiots auront trois mois, vous pourrez réduire la fréquence de leur repas à trois fois par jour.

Observez attentivement vos chiots pour connaître la quantité de nourriture dont ils ont besoin en temps réel.

Veillez à ce que les chiots soient au calme après leurs repas et surtout, n’essayez pas de les porter ni de jouer avec eux. Cela pourrait leur causer des maux de ventre et des vomissements.

Autres points importants sur le sevrage de chiots

Le biberon : un élément souvent indispensable pour le sevrage

Un biberon est indispensable dans trois cas : lorsque le nouveau-né est de grande taille, si les chiots sont nombreux dans la portée ou si le chiot est adopté. Si vous n’avez pas de biberon, une seringue sans aiguille est suffisante pour les chiots très petits. Quant aux chiens qui ont de grandes gueules, le vétérinaire conseille souvent de prendre un biberon avec une tétine en caoutchouc ou en silicone.

Préparation du biberon : chauffez le biberon à une température de 37 degrés. Assurez-vous ensuite que le lait s’écoule bien depuis la seringue ou la tétine.

Donner le biberon : les bons gestes à réaliser

Nourrir les chiots nouveau-nés requiert énormément de patience et de soins. Ainsi, assurez-vous d’être installé confortablement. Tenez le chiot dans votre main ou dans une serviette avant d’introduire la tétine ou la seringue dans sa gueule.

Le but reste qu’il avale ce que vous lui donnez. Faites donc attention à ne pas le bourrer de lait. Si vous lui mettez la pression, il n’avalera pas.

Quant à la posture du chiot, ne le prenez pas par le dos au risque qu’il s’étouffe. Une telle position n’est pas naturelle pour eux, elle est trop éloignée de celle qu’ils prennent pour téter leur mère.

À propos de la mère

La mère pourra commencer à laisser les chiots seuls dès qu’ils atteindront une certaine autonomie. Vous le remarquerez lorsqu’ils auront de moins en moins besoin de lait. Ainsi, la mère pourra avoir du temps pour elle et se remettre de sa maternité. Cependant, ne l’excluez pas des interactions que vous avez avec les chiots. Par exemple lorsque vous nourrissez ces derniers, donnez-lui également quelques bouchées. Cette attitude aura un bénéfice double. Elle mettra les chiots plus en confiance par rapport à l’alimentation que vous leur donnez et diminuera le risque que la mère se sente exclue.

En résumé

Dans cet article, nous avons appris que le sevrage de chiots se fait naturellement et progressivement. Donc, ne le forcez pas, même si vous êtes pressé de vous séparer des chiots. Il n’y a rien de bon à effectuer un sevrage précoce. Beaucoup de propriétaires croient qu’en procédant ainsi, le chiot s’adaptera rapidement à son nouveau foyer. Gardez vos toutous au moins jusqu’à l’âge de douze semaines, c’est la règle fondamentale du sevrage de chiots.

Avez-vous aimé cet article ? D’autres pourraient vous intéresser :

Categories: Reproduction

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

E-BOOK OFFERT | "6 Clés Pour Rendre Un Chien Heureux"
Télécharger Maintenant
%d blogueurs aiment cette page :