Chien énervé : nos solutions pour le calmer

Un chien énervé n’est pas toujours facile à gérer. Comme les êtres humains, les chiens ont également leur personnalité, leurs envies et surtout, leurs sentiments. Qu’ils soient timides ou câlins, qu’ils soient tranquilles ou joueurs, ils peuvent tous connaitre des moments de nervosité.

Le problème c’est qu’un chien énervé peut avoir des problèmes de stress et de comportement. Au fur et à mesure, cela peut finir par avoir des conséquences néfastes sur sa santé. Il est donc de votre devoir de le calmer. Comment ? Grâce à ces trucs et astuces que nous vous proposons dans cet article.

chien énervé

PS : Vous souhaitez un chien calme et propre sur lui ? Nous vous proposons une méthode structurée et détaillée qui vous permettra de l’éduquer en seulement 15 minutes par jour. C’est un best-seller conseillé par tous les éducateurs canins. Cliquez ici pour la découvrir ! 

Astuce n°1 : Faire un massage au chien énervé

Vous avez remarqué que votre chien a tendance à s’énerver rapidement ? Et ce, pour n’importe quelle raison ? Vous devez comprendre que quelque que soit la cause de son énervement, vous devez trouver un moyen pour le calmer rapidement. Et l’un des moyens les plus efficaces pour y arriver est une séance de massage. Mais ce massage ne doit pas se faire n’importe comment, voici donc les étapes à suivre pour calmer votre chien énervé ou agité :

·         Amenez-le dans la pièce la plus calme de la maison

·         Couchez-le sur quelque chose de confortable et qui lui est familier

·         Massez-le délicatement tout en veillant à lui chuchoter quelques mots doux

Quelle partie de son corps devez-vous masser ?  En fonction de ses préférences, certains chiens aimeront plus un massage au dos, d’autres à la tête, certains aux oreilles ou encore aux pattes.

Astuce n°2 : Le distraire

Vous remarquez que votre chien est très énervé ? Qu’il a du mal à trouver le calme tout seul ? Vous devez savoir que l’humeur de votre chien peut changer très rapidement.

En lui proposant, par exemple, une source de distraction, vous pouvez l’aider à se libérer de son stress et le rendre moins nerveux. Et cette technique ne fonctionne pas seulement sur les chiens énervés. Si vous constatez que votre chien est beaucoup trop excité, vous pouvez aussi le distraire avec un jouet qu’il aime bien ou une friandise qu’il apprécie. Grâce à cette petite ruse, il se sentira plus apaisé et calme.

Comme son attention sera entièrement tournée vers les objets que vous lui avez proposés, il n’aura pas le temps d’être nerveux. Petit à petit, le chien énervé laissera la place à un chien plus calme et joueur.

Astuce n°3 : Le sport pour calmer un chien énervé

C’est une règle que tous les maîtres devraient connaitre : les chiens, tout comme les hommes, ont besoin de s’adonner à une activité physique régulière. Peu importe son âge et sa race, veillez à toujours lui faire faire du sport et de le permettre de prendre l’air de manière régulière.

Les chiens ont besoin de se dépenser, ils ont besoins de bouger. En leur priant de cela, il peut y avoir des risques au niveau de sa santé. Si vous sentez qu’il est un peu plus énervé que d’habitude, faites-le prendre l’air durant quelques minutes en dehors de la maison. Vous pouvez, également, le faire faire une petite marche dans le quartier pour qu’il puisse se vider un peu la tête. Une fois de retour à la maison, votre chien se sentira plus calme.

Astuce n°4 : Entretenir la routine

Vous tenez particulièrement à votre petite routine du jour ? Dites-vous que votre chien également. Pour qu’il se sente plus à l’aise et plus serein dans le quotidien, vous devez faire en sorte de lui instaurer une sorte de routine stable. Si vous n’avez pas d’idée sur le programme idéal pour un chien ou un chiot, voici quelques astuces et moments clés à insérer dans l’emploi du temps de votre animal de compagnie :

·         Donnez-lui sa nourriture au même endroit et à des heures fixes de la journée

·         N’oubliez pas l’heure de la promenade (l’idéal est de le promener le matin et le soir)

·         Brossez-lui ses dents tous les jours après le repas principal

·         Brossez-lui son poil tous les jours

·         Ne changez pas la fréquence du bain

·         Témoignez-le de votre amour avec des caresses et des mots doux régulièrement

·         Laissez-le s’amuser avec d’autres chiens ou tout seul

·         Prenez le temps de lui tenir compagnie après le travail

·         Accordez-le un moment spécial pour jouer

En ayant une routine quotidienne bien définie, votre chien se sentira plus rassuré. Ainsi, vous le verrez de moins en moins s’énerver sur tout et n’importe quoi.

Astuce n°5 : Lui faire écouter de la musique

chien qui écoute de la musique

On dit souvent que « la musique adoucit les mœurs ». C’est également valable pour votre chien ou chiot. La musique est, en effet, une très bonne idée pour l’aider à se calmer et à se relaxer.

Bien sûr, comme chez les êtres humains, une musique pour se détendre se choisit intelligemment. Vous devez donc trouver une sonorité douce, calme et reposante pour que votre animal de compagnie apprenne à retrouver le calme tout seul.

Aussi, vous devez veiller à trouver le « volume » le plus adapté. Une musique trop forte risque de l’agacer encore plus. Si vous voulez opter pour cette astuce, sachez qu’elle fonctionne mieux le soir et tôt le matin.

Astuce n°6 : Le faire sociabiliser

Votre animal de compagnie a, également, besoin d’une vie sociale. Le simple fait d’être avec d’autres chiens suffira pour le remonter le moral.

Si vous prenez le temps de le laisser jouer avec ses semblables, vous remarquerez qu’il sera moins anxieux et ses sentiments seront beaucoup plus faciles à contrôler. C’est, également, un moyen, pour le permettre de mieux s’habituer aux autres chiens.

Ainsi, lorsque vous aurez à le promener à l’extérieur ou si vous devez lui présenter des personnes qu’il ne connait pas encore, il se sentira moins perdu et moins menacé.

Astuce n°7 : Si votre chien est énervé, privilégier un environnement calme

Vous voulez calmer un chien trop énervé ou trop excité ? Vous devez, d’abord, veiller à ce que l’environnement dans lequel il grandit et vit tous les jours soit un endroit qui invite au calme, à la relaxation et au repos.

Ainsi, si vous sentez que votre animal est particulièrement énervé, vous devez l’emmener vers un endroit idéal pour le calme. Si vous ne pouvez pas éviter totalement le bruit, veillez, au moins, à ce que ça ne soit pas trop fort et agressant pour lui. Vous devez, également, éviter, autant que possible, de faire des gestes trop brusques lorsque vous êtes à côté de votre chien.

Astuce n°8 : Eviter de donner trop d’attention à un chien énervé

Si le chien est considéré comme étant le « meilleur ami » de l’homme, c’est surtout parce que nous avons plusieurs traits en commun.

Ainsi, si vous lui accordez beaucoup d’importance lorsqu’il est énervé, cela risque de compliquer encore plus les choses. Et pour cause, il aura envie de recommencer en pensant que c’est LA manière la plus efficace pour attirer votre attention. Alors, si votre chien est énervé ignorez-le. Il finira par se calmer. De plus, il ne voudra plus recommencer

Astuce n°9 : Jetez-lui un os

Vous ne pouvez pas amuser votre chien avec son jouet préféré ? Ce n’est pas un souci. Pour le calmer et lui changer les idées, vous pouvez aussi utiliser son os. Comme cet os lui prendra tout son temps, il ne pensera plus à son agitation, son excitation ou son énervement.

Mais attention, cette technique n’est valable que pour les chiens qui savent déjà gruger des os.

En conclusion

Savoir gérer un chien énervé fait parti du dressage et si vous suivez bien les indications données dans cet article, vous ne devriez pas rencontrer trop de problème de ce côte. Lisez également notre article « Dresser son chien en 5 techniques » qui vous apportera un bon complément.

Chien trop protecteur : nos 9 solutions simples

Vous avez un chien trop protecteur à la maison ? C’est parfois dérangeant autant pour le foyer que pour la sécurité d’autrui. S’il ne parvient plus à distinguer une situation dangereuse d’une autre plus anodine, cela entraîne la surprotection.

Un chien trop protecteur peut vite devenir désagréable à vivre, mais des solutions existent pour régler ce problème. Nous vous proposons de découvrir au travers de cet article les causes qui poussent votre chien à être si protecteur.

Nous évoquerons ensuite les conseils à appliquer pour un retour à la normale.

chien protecteur

PS : Vous souhaitez un chien calme et propre sur lui ? Nous vous proposons une méthode structurée et détaillée qui vous permettra de l’éduquer en seulement 15 minutes par jour. C’est un best-seller conseillé par tous les éducateurs canins. Cliquez ici pour la découvrir ! 

Pourquoi mon chien est trop protecteur ?

Plusieurs raisons poussent un chien à devenir trop protecteur. Analysons-les plus en détail.

Votre chien est trop protecteur à cause d’un instinct de protection inné

La première chose que vous devriez savoir est qu’il existe des races prédisposées à la protection. De ce fait, elles protégeront plus volontiers tout ce qui compose leur environnement, que ce soit une maison ou leur maître.

Toutefois, vous devez bien faire la différence entre la garde et l’agressivité qui sont deux comportements différents. L’agressivité est un des troubles du comportement du chien les plus délicats qu’il ne faudra pas prendre à la légère.

L’attitude de protection du chien à été renforcée

Il est possible que votre chien soit protecteur parce qu’inconsciemment, vous avez adopté une attitude de renforcement avec lui. Par exemple, vous avez pu le laisser faire lorsqu’il a présenté un comportement de protection et montré des signes d’agressivité.

L’aboiement du chien à l’approche d’un danger ou pour prévenir de l’apparition d’un intrus peut être toléré, mais vous ne devez pas valider ce comportement de manière systématique.

Qu’entendons-nous par validation ? Si par exemple votre chien se met à aboyer et que vous le caressez pour le rassurer, il va associer le comportement protecteur à quelque chose de positif et le réitérer dans la plupart des situations. Vous venez donc d’adopter un comportement de renforcement, ce qu’il faut à tout prix éviter dans ce cas de figure.

De plus, le renforcement peut venir d’une cause extérieure. Par exemple, imaginons qu’un pompier vienne frapper à votre porte pour distribuer le calendrier alors que vous êtes absent de la maison. Si votre chien aboie et qu’il voit que le pompier finit par partir et ne plus sonner à la porte, il se dira «  Génial, ça marche ». Les jours, suivants, il aboiera encore plus fréquemment.

Cet exemple vous montre comment s’opère le renforcement, qui est l’une des causes qui poussent un chien à être protecteur.

chien trop protecteur solutions

Votre chien est trop protecteur, car il n’a pas confiance en vous

Une des principales raisons qui poussent un chien à être trop protecteur envers son maître est le fait que vous n’ayez pas confiance en lui. S’il ressent cela, il ne vous fera pas non plus confiance pour sa sécurité, or vous devriez être le pilier auquel votre chien doit se référer lorsqu’il a un doute.

Si votre chien ne se sent pas en sécurité avec vous et qu’en plus, il a un instinct protecteur développé, il profitera de cette faille pour prendre la main sur votre relation maître-chien.

Comme il n’existe pas de relation de dominant et de dominé entre un maître et son chien, nous ne sommes pas en train de dire qu’il vous dominera. Cependant, il prendra des initiatives par son comportement protecteur. Pour le bien du chien, ces initiatives doivent pourtant être contrôlées par le maître et non-être prises par l’animal.

Par ailleurs, si le chien sent en vous une peur de son comportement et de ses conséquences, cela aura pour effet de le rendre encore plus incertain vis-à-vis de vous. Il absorbera vos craintes, renforçant par la même occasion son comportement protecteur.

N’oubliez pas que votre chien capte la plupart des émotions. En sa présence, vous devez donc vous montrer serein et maître de vous-même pour développer une confiance mutuelle.

Votre chien est trop protecteur, car il n’évolue pas dans un cadre sécuritaire

Pour certaines personnes, il est mieux d’éduquer un chien sans cadre et sans limites définies. Ainsi le chien serait plus « heureux », car il ne vivrait pas sous les ordres contraignants d’un maître qui le briderait dans ses instincts.

Chez AlphaChien, nous ne sommes pas d’accord avec cette vision, car un manque d’éducation du chien et un trop grand laxisme peuvent mener à des problèmes de sécurité autant pour le maître que pour les autres humains en général. Un chien trop imprévisible quant à son agressivité est sans doute bon à piquer.

Ce sont des propos forts, mais très vrais. Un maître partisan du manque d’éducation sous couvert de « liberté » doit ensuite assumer les conséquences de cette attitude vis-à-vis de son chien.

De plus le laxisme et le manque de cadre pour un chien ne le rendent pas heureux, bien au contraire. Elles participent à rendre votre chien « insecure », car il ne saura plus réellement comment agir. Il est donc de votre devoir de prendre les devants et d’être responsable de l’éducation de votre chien.

Nos solutions pour un chien trop protecteur

Voici nos neuf solutions pour lutter contre le comportement excessivement protecteur de votre chien. Ces différents conseils peuvent avoir un effet direct ou indirect sur son comportement. Nous vous conseillons fortement de tous les appliquer.

Solution n°1 : Faites appel à un professionnel

Souvent, les problèmes liés à un chien protecteur trouvent leur origine au cas par cas. En appelant un professionnel de l’éducation canine pour prendre en charge ce problème, vous aurez une vision extérieure sur le problème, mais surtout une vision d’expert. Vous identifierez plus vite les causes du problème, et connaîtrez plus en détail les solutions adaptées à votre chien.

Solution n°2 : Définissez un cadre à votre chien

Pour parvenir à contrôler votre chien, il faudra que vous lui définissiez un cadre, des règles de vie simple. Cela le rassurera et servira à prévenir les comportements surprotecteurs du chien.

Par exemple, gérez les heures de repas de votre chien, soyez à l’initiative des contacts que vous avez avec lui et donnez à votre chien une zone de refuge. Il peut s’agir d’un panier ou d’un petit coin dans lequel il pourra se rendre lorsque vous lui demanderez.

Solution n°3 : Être à l’initiative des actions de votre chien

En gérant les principaux pôles de la vie de votre compagnon (nourriture, espace, activité), vous prendrez le dessus dans la relation et il sera alors plus simple de faire diminuer ses comportements de chien trop protecteur.

Solution n°4 : Renforcer l’éducation de base du chien

En faisant cela, le chien saura qu’il peut vous faire confiance en toute circonstance, vous redeviendrez un être de référence pour lui.

Solution n°5 : Apprenez-lui à garder ses distances

Pour continuer avec l’idée d’être à l’initiative et de prendre la main, faites en sorte d’être celui qui initie les contacts avec lui. Ne le laissez pas vous suivre partout ni vous coller lorsque vous êtes assis.

Solution n°6 : Essayez d’ignorer votre chien

Ignorer votre chien est une solution dans la continuité de la précédente. Elle va l’aider à garder ses distances. La règle lorsque vous ignorez votre chien est de ne pas le regarder, ne pas le toucher et ne pas lui parler. Pour vous aider à l’ignorer, tournez-lui le dos ou changez de pièce.

Ensuite, lorsque vous verrez qu’il aura arrêté de réclamer votre attention, vous pourrez l’appeler pour lui donner une caresse.

Solution n°7 : Ne renforcez plus son comportement

Si votre chien montre des signes d’agressivité, n’essayez pas de le caresser pour le calmer. Cela ne fait que valider un comportement que vous ne voudriez pas le voir reproduire trop fréquemment.

Solution n°8 : Montrez-vous sur de vous-même

Pour que votre chien vous fasse confiance, il est important que vous vous montriez calme et serein devant lui. Par exemple, n’hésitez pas à vous placer en face de lui pour l’apaiser lorsqu’il se montre agressif devant un inconnu.

Solution n°9 : Apprenez-lui des indications de retour au calme

Les indications comme « stop » et « au panier » sont salvatrices dans de nombreuses situations. Apprenez-les à votre chien afin qu’il puisse se calmer plus facilement dans certaines situations.

L’important dans l’apprentissage de ces ordres est d’y aller de façon progressive. Commencez par votre appartement avant de continuer en ville, puis en forêt.

Ah ! Nous entendons une réclamation du petit garçon, au fond. Évidemment, il n’aura pas de panier en forêt… nous parlions de l’indication « stop ».

En résumé

Évitez de punir ou de taper un chien trop protecteur. Avec l’état psychologique dans lequel il se trouve, il faudra privilégier la méthode douce.

Face à ce type de chien, il faudra changer l’environnement et le cadre dans lequel il évolue et vous remettre en question quant à votre attitude. Correspondez-vous à l’un des différents points que nous évoquions dans l’article ?

Consultez également notre sur les chiens dominants pour aller plus loin!

Rappelez-vous.

Le chien peut devenir trop protecteur :

  • Parce que vous ne lui faites pas confiance ou ne vous montrez pas assez serein devant lui
  • Car vous renforcez parfois inconsciemment son attitude protectrice
  • Parce qu’il évolue dans un environnement sans cadre, qu’il n’a pas de limites définies

Comment punir un chien de façon juste : nos conseils

Comment punir un chien…

Dans un monde idéal, on éduquerait notre chien à base de câlins et de bisous. Le problème, c’est que les animaux agissent par instinct et que cette méthode de dressage serait inefficace. En effet, leur nature leur dicte de faire des choses qui lui paraissent tout à fait normales, mais qui énervent la plupart des humains.

Si votre chien fait beaucoup de bêtise et que vous n’avez qu’une vague idée (voir pas du tout idée) de la manière dont vous pourriez le punir de façon juste, vous êtes tombé sur le bon article.

La punition fait partie des éléments qui vous devez maîtriser pour donner une bonne éducation à votre compagnon. Pour savoir comment punir un chien, il faut comprendre de quelle manière il apprend. Le chien assimile principalement les choses par conditionnement opérant. C’est-à-dire que si une de ses actions le mène à une récompense ou un sentiment positif, il la reproduira. En revanche si un comportement entraîne une sensation désagréable pour lui, il l’évitera.

Le but d’une punition n’est pas de faire de votre animal un chien craintif, mais de lui apprendre de manière cohérente quel comportement est bon ou mauvais. Avec la punition, il comprendra ce qu’il ne doit pas faire et saura également de façon précise quel comportement le mène à la satisfaction.

Nous vous conseillons aussi le livre « Dresser son chien en 15 minutes par jour » .C’est un livre complet de plusieurs centaines de pages qui sera un parfait complément à cet article!

Anticiper pour éviter d’avoir à sanctionner

La meilleure des stratégies possibles est la prévention. On réprimande le chien qu’il s’apprête à faire une mauvaise action au lieu de le faire dans l’instant.

Cette stratégie suppose de bien observer votre chien pour pouvoir anticiper ses comportements indésirables.

Nous vous conseillons également de bien répondre à tous les besoins de votre chien pour limiter les risques de mauvais comportement et d’adopter une attitude juste et cohérente.

Tout cela aura pour effet de rassurer le chien qui saura qu’il peut vous faire confiance, ce qui est un élément déterminant dans la relation homme-chien.

Comment punir un chien : la meilleure stratégie

La punition ne doit jamais être traumatisante pour un chien. Ainsi, vos actions se doivent d’être justes et cohérentes afin qu’il imprime correctement les schémas d’association que vous voulez lui transmettre.

Faites aussi suivre votre punition d’une récompense pour lui enseigner le bon comportement.

Je m’explique : si votre chien fait une action I (indésirable), vous devez produire chez lui une sensation désagréable. Vous le mettez ensuite en position de faire l’action D (l’action désirable, que vous souhaitez le voir appliquer à la place) puis vous lui donnez une récompense.

Cela aura pour effet d’augmenter la fréquence de l’action D (désirable) et de diminuer la fréquence de l’action I jusqu’à une totale suppression.

Pour résumer sur comment punir un chien, voici la boucle à répéter autant que nécessaire :

  • Action I (indésirable) >>> Punition
  • Mise en place d’une Action D (désirable) >>> Récompense

Les effets :

  • Diminution puis disparition de l’action I
  • Remplacement de l’action I par l’action D

À présent nous allons voir comment punir un chien, arrêter la sanction et récompenser le chien de manière optimale. En effet, il faut connaître les bonnes manières de faire pour appliquer la stratégie ci-dessus.

Sanctionner le chien

Nous rappelons que la punition du chien doit rester exceptionnelle. Si votre chien n’agit pas comme vous le souhaitez, essayez de comprendre les raisons. Le comportement d’un maître influence beaucoup celui de son chien. Votre rôle est aussi de régulièrement vous remettre en question.

De plus, la sanction ne doit pas être violente. Ainsi, ne tapez jamais votre chien. Cela aurait simplement un effet négatif : votre chien vous craindrait et ne vous ferait plus confiance.

Le second point le plus important est la cohérence. Si par exemple votre chien vous fait la fête en rentrant du travail et que vous le caressez et lui donnez de l’attention, il prendra cela comme un comportement positif et l’adoptera souvent.

Mais si un autre jour vous êtes de mauvaise humeur ou que les pattes de votre chien sont pleines de boues, vous ne voudrez pas qu’il réitère ce comportement et vous allez être désagréable avec lui.

Avec cette attitude incohérente de votre part, le chien ne considérera plus vos réactions comme une référence et recommencera à chaque fois, juste au cas où il tomberait sur un jour où vous êtes de bonne humeur.

De fait, si vous voulez supprimer ce comportement, il faudra punir votre chien de façon systématique lorsqu’il se produit, que vous soyez de bonne humeur ou pas.

L’arrêt de la sanction

Chez AlphaChien, nous conseillons de ne pas faire durer la sanction trop longtemps lorsque vous éduquez un chien. Sachez que les chiens mettent en moyenne 10 minutes pour passer à autre chose. De ce fait, vous devrez adopter le principe du « pas vu pas pris ». Si vous ne prenez pas votre chien en flagrant délit, il ne servira à rien de le sanctionner puisqu’il ne comprendra pas du tout pourquoi il est puni.

De plus, si votre punition dépasse les 10 minutes, le chien vous trouvera injuste puisqu’il ne saura même plus pourquoi il est puni.

Si une de vos punitions parait injuste à votre chien, vous lui semblerez instable et vous diminuerez la confiance qu’il vous porte. De plus, cela affectera négativement votre relation avec lui.

Si par exemple vous souhaitez isoler votre chien, ne le faites pas plus de 6 minutes.

Récompenser le chien

Pour que le chien puisse bien distinguer ce qu’il peut faire de ce qu’il ne peut pas faire, il faudra systématiquement faire suivre une punition d’une récompense.

Prenons l’exemple d’un chien qui cherche à manger dans sa gamelle avant que vous ne l’ayez posée. Lorsqu’il fait cela, ne posez pas tout de suite la gamelle. Attendez qu’il se calme et dites-lui « pas bouger » pour qu’il reste à distance lorsque vous posez la gamelle. S’il reste effectivement calme, attendez quelques secondes et posez la gamelle en le caressant.

La caresse, associée à l’accès plus rapide à la nourriture est la récompense dont nous parlions.

Ainsi, le chien comprend que son empressement ne lui permet pas d’obtenir ce qu’il souhaite. En revanche lorsqu’il attend un petit peu, il est récompensé.

Lorsqu’on dresse un chien, la sanction consiste à rediriger le chien vers un comportement qu’on souhaite le voir adopter.

Attention, de temps en temps, votre chien va essayer de vous tester et reproduira certains mauvais comportements. Soyez toujours cohérent et inflexible : la punition dans ce cas-là devra être systématique.

Comment punir un chien? Voici les types de sanctions applicables

Ignorez le chien

C’est la sanction la plus douce. Vous ne devrez ni le toucher, ni lui parler, ni le regarder. Il faudra l’appliquer si votre chien réclame de l’attention de manière exagérée.

Cette technique ne fonctionnera que si vous l’ignorez totalement. Même si vous lui criez dessus, cela ne donnera pas de résultat dans ce cas de figure, car le chien aura finalement obtenu votre attention : une victoire en somme.

Nous savons que cela peut parfois être dur à réaliser. Pour vous aider, vous pouvez tourner le dos à votre chien, passer un appel devant une fenêtre ou encore changer de pièce dans la maison. N’oubliez pas. Après 10 minutes si vous remarquez que votre chien cesse de réclamer de l’attention, cessez de l’ignorer.

L’envoyer au panier

Si vous avez ignoré votre chien et que cela ne suffit pas, ordonnez-lui d’aller au panier avec l’indication « au panier ». (Il faudra que votre chien apprenne cette indication et vous obéisse systématiquement).

Cet ordre ne sera pas perçu comme une manière de l’isoler. C’est une stratégie pour lui permettre de se calmer avant de revenir vers vous et recevoir sa récompense.

Isoler le chien dans une pièce

Le chien est un animal sociable. De ce fait, l’isolation est une sanction forte pour lui. Lorsque vous isolez votre chien, assurez-vous qu’il perçoive réellement ce comportement comme une sanction. (action de votre part engendrant chez lui une sensation négative suivie d’une récompense) Nous avons trop souvent des lecteurs qui se plaignent d’isoler leur chien sans résultat.

Ensuite, nous leur demandons « Où est-ce que vous isolez votre chien ? »  Souvent, la réponse est « Dans le jardin ». Dans ce cas, il est tout à fait normal que ces lecteurs n’obtiennent pas de résultats, car l’isolation doit se faire dans un endroit fermé, sans beaucoup de distractions ou simulations possibles.

Dans le jardin, il a un énorme espace où il a la possibilité de se dépenser et renifler les odeurs : ce n’est pas du tout une punition pour un chien.

Vous devez donc l’isoler dans une petite pièce comme une salle de bain ou des toilettes qui font très bien l’affaire.

Attention, ne l’enfermez pas plus de 5 minutes. S’il gratte la porte ou aboie pour sortir, rajoutez 3 minutes pour qu’il comprenne que ce n’est pas en faisant cela qu’il obtiendra satisfaction. Si vous lui ouvrez dès qu’il gratte la porte, il recommencera systématiquement.

Lorsque vous lui ouvrez finalement, retournez à vos activités de la journée sans trop vous occuper de lui.

Punition par la contrariété verbale ou sonore

Un « oh ! oh ! » prononcé de manière ferme suffit parfois pour certains chiens. Il faudra néanmoins veiller à adapter les intonations de votre voix en fonction de ses actions.

Pour un comportement souhaité, faites un « oooh » aiguë et pour un comportement répréhensible (ou en prévention, lorsque vous repérez un signe qui montre qu’il envisage de passer à l’acte) faites « oh ! oh ! » ou « non ! » d’une voix ferme et grave.

Cette distinction des tonalités de voix va permettre au chien de mieux se repérer entre les actions qu’il peut faire et celles qu’il ne doit pas faire.

Faites attention avec l’emploi trop répété du « non » qui pourrait à terme être sans effet sur votre chien. Faites donc varier vos expressions de contrariété verbale.

Aussi, montrez systématiquement à votre chien quel comportement vous voulez le voir appliquer à la place lorsque vous lui dites « non »

Sachez qu’il existe également sur le marché des aérosols qui en émettant un gaz produisent un bruit surprenant pouvant remplacer les « non ». Ce type de produit est totalement sans danger pour le chien et conseillé par l’équipe d’AlphaChien.

Le principe de la sanction en clair

Vous savez maintenant comment punir un chien. Pour résumer ce que nous avons vu précédemment, la sanction consiste à montrer au chien que le comportement que vous ne souhaitez pas qu’il adopte ne lui permettra pas d’obtenir satisfaction.

Vous devez rester impassible sur ce point, car c’est la clé pour qu’une punition reste cohérente pour votre chien. Une fois qu’il a compris, montrez-lui le bon comportement de substitution avant de lui donner une récompense.

En résumé

Comment punir un chien, à ne pas faire :

  • Taper ou traumatiser votre chien
  • Être incohérent dans votre attitude
  • Faire durer une punition plus de 10 minutes
  • Le sanctionner sans motif valable

 

Comment punir un chien, ce qu’il faut faire :

  • Le sanctionner de façon systématique pour un comportement que vous ne voulez pas voir
  • Ne pas sanctionner sans motif valable
  • Lui montrer le comportement que vous désirez réellement le voir adopter

La promenade du chien devrait être quotidienne, voici pourquoi

Le chien est un animal social. Il a besoin de découvrir le monde extérieur et de partir à l’aventure. C’est pour cela que la promenade du chien est si importante pour son équilibre. Or de nombreux maîtres nous disent souvent qu’il n’est pas nécessaire de promener le chien tous les jours et que quelques fois par semaine suffisent. Pourtant ces mêmes maîtres subissent des problèmes de comportement qui pourraient être corrigés avec une balade quotidienne. Nous allons voir dans cet article l’importance de la balade. Nous espérons pouvoir vous convaincre de ses nombreux bienfaits.

promenade du chien

La promenade du chien : évitez la avant son premier vaccin

Si votre chien n’est pas encore vacciné contre la leptospirose potentiellement mortelle, il faut être prudent lors des promenades, voir les éviter complètement.

La bactérie responsable de cette maladie est présente dans les déjections des animaux infectés.

Ainsi, un simple contact avec des excréments de chiens, une flaque d’urine ou une flaque d’eau sale peuvent toucher votre chien.

Nous vous conseillons d’éviter les lieux qui peuvent contenir ce type de déjections comme les rues, les métros, les parcs ou les campagnes où il n’est pas rare de croiser des chiens, des rats et des bovins.

Il est donc plus sage d’éviter la promenade du chien avant le premier vaccin.

La promenade du chien : un élément essentiel pour son équilibre

Beaucoup de maîtres font face à des problèmes de comportement tels que des aboiements, des fugues, de la malpropreté ou de la destruction, mais n’arrivent pas à déterminer la source du problème. Souvent, le problème est simple : ce maître ne sort jamais ou presque jamais son chien.

Le cas typique de ce genre de propriétaire est la personne qui possède un grand jardin ou une grande terrasse et suppose que cet espace est suffisant pour s’abstenir d’autres promenades. C’est une idée reçue et chez AlphaChien, nous le constatons tous les jours avec les propriétaires qui nous envoient des mails à ce sujet.

Mieux vaut un chien qui vit en appartement et fait plus de promenades

Pour tout vous dire, nous préférons un maître qui vit avec son chien en appartement, mais qui le promène tous les jours en forêt à un autre qui possède trois hectares de terrain, mais ne daigne jamais le sortir. Pour cette raison parmi d’autres, il est important de bien s’informer avant d’adopter un chien. Pour cette raison, nous vous conseillons le livre « Comment choisir le compagnon idéal » pour vous aider. C’est un livre qui vous donnera des conseils avisés sur comment choisir un chien en fonction de votre lieu de vie, quelles sont les bonnes questions à poser à un éleveur, comment bien choisir votre chien le jour J et bien d’autres choses encore.

La promenade est un besoin primaire du chien

 Si vous vous reconnaissez à travers ce portrait du maître qui ne sort VRAIMENT pas souvent son chien, ne le prenez surtout pas mal, car vous avez toujours la possibilité de vous améliorer en tant que maître. Tout le monde fait des erreurs en termes de dressage et d’éducation du chien, même nous à nos débuts. L’important, c’est de chercher à progresser et le simple fait que vous lisiez ces lignes nous indique que vous êtes probablement dans la bonne démarche.

Le chien est un animal sociable qui a besoin de sortir pour voir le monde extérieur, connaître d’autres chiens, explorer, découvrir de nouvelles odeurs. Le chien à des besoins, la promenade en est un. En tant que propriétaire, il est de votre devoir de les respecter.

Pour vous aider à vous mettre à la place de votre chien, imaginez que vous viviez seul dans un énorme château. L’espace est grand, nous sommes d’accord. Mais pourriez-vous y passer toute votre vie sans jamais sortir. Personnellement, nous passons notre tour, et je crois qu’il en est de même pour vous.

Comblez ses besoins avec la promenade. Améliorez votre complicité

La plupart du temps, les maîtres qui ne sortent pas leur chien emploient les mêmes excuses : « Avec le travail, je n’ai pas le temps de sortir mon chien. En rentrant, je suis trop fatigué pour le sortir. » « Il fait trop froid dehors. » Ce genre d’excuse est compréhensible, mais vous devriez faire preuve d’empathie pour votre chien. C’est tout comme vous un être vivant qui ne peut compter que sur vous pour répondre à ses besoins. Par ce fait, vous avez la responsabilité de l’emmener en promenade plus souvent.

Pas de promenade du chien = risques de troubles du comportement

Un chien qui ne sort pas, c’est un chien qui aura plus de chances d’être malheureux et de combler ce manque de promenades par des comportements indésirables tels que des aboiements excessifs, des destructions, des trous dans le jardin ou même des fugues (liste non exhaustive). Ces comportements ont pour but d’évacuer l’énergie qui n’aura pas été dépensée à l’extérieur, de se défouler et de compenser l’ennui ressenti à la maison.

Ce que nous ne cautionnons pas chez AlphaChien, ce sont les réactions à ces comportements qui portent préjudice au chien. Par exemple pour ne citer qu’un exemple, les colliers électriques qui envoient des décharges pour empêcher le chien d’aboyer.

Ce type de méthode en plus d’être cruelle, ne résout pas réellement le problème, car au lieu de s’attaquer à sa source, elle s’attaque à ses conséquences uniquement, à ses symptômes. De plus, elles ne font qu’empirer les choses, car un bon maître et est quelqu’un qui sait se faire respecter par son chien et non craindre. N’oubliez pas qu’un chien ressent tout et n’aura de respect que pour un maître qui emploie les bonnes stratégies.

Grâce à la promenade, votre chien sera plus à l’écoute…

Par ailleurs, dès que vous allez commencer à sortir votre chien quotidiennement, vous verrez qu’il se mettra à être plus à votre écoute et vous obéir. Il y’aura une meilleure connexion entre vous. Lorsque vous promenez votre chien tous les jours, vous répondez non seulement à ses besoins dépenses mentales, mais aussi à ses besoins de dépenses physiques.

Si vous avez peur de vous ennuyer, prévoyez des jeux avec lui.

Pour sa sécurité, il existe des laisses pouvant lui laisser un espace libre jusqu’à 30 mètres si vous n’aimez pas trop le lâcher.

N’hésitez pas à l’emmener à divers endroits pour lui faire connaître un maximum de lieux différents et éveiller ses sens. Par exemple, changez le type d’environnement en l’emmenant simultanément en ville, en forêt, à la plage, en campagne. Plus il s’habituera aux différentes stimulations, plus il sera agréable de promener votre chien.

S’il ne voit jamais la ville, la campagne, d’autres chiens ou d’autres humains, il pourrait finir par avoir peur de tout cela par manque de contact direct. Dans les pires des cas, cela peut même conduire à des comportements agressifs envers l’inconnu. En effet, la promenade aide fortement à la sociabilisation du chien !

La promenade du chien devrait être quotidienne. Voici pourquoi.

Comme vous l’aurez compris en parcourant cet article, le maître mot est de promener régulièrement votre chien. La durée de promenade minimale recommandée est de 25 minutes pour un chien adulte, mais bien sûr vous pouvez en faire plus.

Adaptez la promenade en fonction de votre compagnon. Par exemple si c’est un chiot, vous pouvez descendre à 10 minutes.

Prenez aussi en compte la race de votre chien. En effet, selon les races, les chiens ont des besoins différents en termes de sorties. Vous comprendrez qu’un berger allemand n’aura pas les mêmes besoins qu’un caniche ou un chihuahua.

Toutefois même si vous avez un chien d’agrément qui nécessite moins de temps de sortie, gardez en tête que c’est tout de même un être vivant qui a besoin de se dépenser et non un vulgaire jouet utile à la décoration

Pour conclure, la promenade stimule l’odorat du chien, son sens le plus développé qui participe le plus fortement à sa perception du monde. Cette activité est donc particulièrement importante pour son équilibre et son bien-être !

En résumé

  • La promenade du chien évite et prévient certains troubles du comportement
  • La promenade développe votre connexion avec votre chien et favorise la bonne éducation canine
  • La durée minimale de promenade conseillée pour un chien adulte est de 25 minutes
  • La promenade habitue le chien au contact avec les éléments extérieurs de la vie (autres humains, autre chien, cadre différent, etc.), elle permet de prévenir l’agressivité

Le chiot qui mordille : 3 étapes simples pour en venir à bout

Dans leur évolution, tous les chiots passent par une étape dans laquelle mordiller est quelque chose de tout à fait normal. Le chiot qui mordille les doigts, les pantoufles ou les bords de canapé est simplement en train de grandir. Cependant, si cette phase est tout à fait normale, il ne faut pas laisser votre chiot faire n’importe quoi. Alors, s’il est illusoire d’empêcher votre chiot de mordiller, il peut être intéressant de corriger son comportement afin que ces mordillements s’exercent là où ils doivent. Nous vous présentons une méthode en 3 étapes simples pour venir à bout du mordillement inadéquat de votre petite boule de poils.

Avant de vouloir à tout prix corriger le chiot qui mordille, il faut comprendre les raisons de ce comportement. Focus sur une phase d’évolution normale chez le petit chien.

Pourquoi les chiots mordillent-ils ?

chiot qui mordille

Entre 3 et 8 semaines, le chiot commence à découvrir sa mâchoire et à jouer avec elle. C’est à ce moment qu’il va commencer à mordiller tout ce qui est à sa disposition. Cette étape, tout à fait normale, dure plus ou moins longtemps selon la race et les spécificités de votre compagnon.

La première raison pour laquelle le chiot commence à mordiller est vraiment simple. À cette époque, ses dents commencent à pousser. Tout comme chez les hommes, cette étape est douloureuse. Mordiller dans tout ce qui se présente permet au chiot de soulager cette douleur.

La seconde raison qui pousse le chiot à adopter ce comportement est appelée l’inhibition de la morsure. En clair, le petit chien teste sa mâchoire sur l’environnement afin de découvrir ses nouvelles facultés. C’est ici que l’animal va apprendre à contrôler sa puissance.

La troisième raison, enfin, qui amène le petit chien à mordiller est celle du jeu. C’est pour lui une manière de jouer avec ses frères et sœurs.

Le mordillement est donc tout à fait normal chez le jeune chiot. Cependant, si ces morsures sont trop importantes ou si son comportement devient agressif, il faut mettre un terme rapidement aux écarts de comportement et consulter, si besoin est, un spécialiste pour ne pas laisser la situation dégénérer.

Comment corriger un chiot qui mordille beaucoup ?

Empêcher un chiot de mordiller est illusoire. Comme nous l’avons vu, cela fait partie intégrante de ses apprentissages et de son évolution. Cependant, un chiot qui mordille son maître peut poser des problèmes. Il convient donc d’encadrer correctement cette phase et de l’éduquer. Cela est tout à fait possible avec notre méthode en 3 étapes simples.

chiot qui mordille

Étape 1 : Protéger votre chiot

Un chiot qui mordille beaucoup aura tendance à s’attaquer à tous les objets qui se trouvent sur son passage. Il va donc falloir, tout comme pour un enfant, mettre hors de portée ce qui est dangereux ou inadéquat.

Si vous redoutez des dégâts à vos canapés, vos rideaux ou vos objets précieux, pensez à les recouvrir ou à les rendre inatteignables. C’est le meilleur moyen d’épargner à ceux-ci la dentition nouvelle de votre chiot.

Le plus dangereux est cependant pour votre petit compagnon, en lui-même. En effet, pour des raisons incompréhensibles, les chiots ont un attrait particulier pour les câbles électriques. Si cela peut provoquer des courts-circuits, le mordillement des câbles électriques est avant tout une cause d’électrocution. Alors, même si votre animal ne s’est jamais approché des fils, mieux vaut prévenir que guérir et les dissimuler au maximum.

Étape 2 : Se montrer ferme

Oui, nous le comprenons bien, vous avez du mal à dire non à votre nouveau compagnon. C’est une boule de poils tout à fait adorable et ses grands yeux vous donnent envie de tout lui pardonner. Cependant, le laxisme n’est pas un cadeau à lui faire.

Mettre les objets en hauteur ou dissimuler les câbles électriques n’est pas toujours suffisant pour empêcher votre compagnon de mordiller encore et encore tout ce qui se trouve à sa portée. Alors, l’apprentissage de l’ordre d’arrêter doit être prioritaire dans son dressage.

Lorsque vous voyez votre animal en train de mordiller un objet, dites-lui fermement « non ». Au bout d’un moment, il comprendra et cessera son activité.

Si au contraire votre animal commence à mordiller votre main lorsque vous jouez avec lui, vous devez absolument cesser de vous occuper de lui sur-le-champ et l’ignorer. Après quelque temps, il comprendra que son action a une répercussion négative sur votre comportement. Il cessera naturellement pour conserver votre attention.

Étape 3 : Lui donner des jouets

Il est impossible d’empêcher un chiot de mordiller. Il s’agit d’un passage normal dans sa vie et il doit pouvoir tester et exercer sa mâchoire pour être équilibré. Dès lors, lui fournir des objets conçus à cette fin est une action plus que judicieuse.

Le plus facile pour gérer un chiot qui mordille tout le temps, c’est de lui acheter des jouets conçus à cet effet. Il existe une large gamme de jouets pensés pour les mâchoires des chiots : les os en caoutchouc, les cordes tressées ou encore certaines friandises. Ces accessoires permettent à votre compagnon de mordiller à sa guise tout en affûtant son hygiène bucco-dentaire.

Pour que votre chiot s’épanouisse pleinement, nous vous recommandons de lui acheter au minimum 2 à 3 jouets à mordiller afin qu’ils puissent utiliser celui qui correspond le mieux à son envie et à ses besoins. N’oubliez pas que le mordillement sert également à calmer la douleur des poussées dentaires.

Le mordillement fait partie des différentes étapes par lesquelles passe votre chiot. Il y en a de nombreux autres qu’il faut parvenir à maîtriser avec tact et patience. Pour établir une relation saine et épanouie avec votre nouveau compagnon, nous vous recommandons une méthode facile et efficace qui permet de dresser votre chien en 15 minutes par jour.

Avoir un chiot qui mordille est tout à fait normal. Ce passage intervient dans les premiers mois de la vie de l’animal. Il lui permet de se confronter au monde et de réduire la douleur de ses poussées dentaires. Pour ne pas que ce passage soit trop difficile, pour vous ou pour votre animal, il vous faut limiter les objets à sa portée, l’éduquer fermement à ne pas mordiller et bien entendu lui offrir des jouets qui lui permettront de se divertir dans ce sens.

Mon chien est triste : que faire ?

Les chiens sont très sensibles aux sentiments de leurs maîtres. Aussi, ils sont les premiers à venir vous faire un câlin lorsque vous êtes triste. Mais, que faire lorsque c’est votre chien qui est triste ? Pour vous aider à comprendre les sentiments de tristesse de votre animal, nous allons vous expliquer les symptômes de dépression ainsi que les causes de la tristesse chez un chien. Enfin, nous vous donnerons quelques pistes pour aider votre animal à surpasser ce terrible moment.

Comment reconnaître les symptômes de la dépression chez un chien ?

Tout comme les humains, les chiens éprouvent des sentiments. Parmi ceux-ci, le sentiment de tristesse ou la dépression sont très difficiles à vivre tant pour le maître que pour l’animal. Pour l’aider, il faut faire la différence entre une tristesse passagère et un véritable sentiment de dépression. Voici une liste, non exhaustive, des différents comportements canins inhérents à un sentiment de dépression.

  • Si votre compagnon n’a plus d’appétit, il peut soit cesser complètement de s’alimenter soit simplement diminuer sa ration alimentaire.
  • Votre chien, d’ordinaire si joyeux, devient complètement inactif et apathique.
  • Votre animal semble dormir toute la journée. Les bâillements sont fréquents. Sachez que l’excès de sommeil est un symptôme de dépression. Toutefois il peut également cacher une maladie plus grave.
  • Vous avez beau le chercher partout, vous ne parvenez pas à trouver votre chien, car il se cache.
  • Votre compagnon, ce joueur invétéré, ne s’intéresse même plus à sa balle.
  • Votre chien adopte un comportement étrange inspirant la tristesse.
  • Votre chien aboie fréquemment sans raison apparente.

Quelles sont les causes de la tristesse chez un chien ?

Tout comme les humains, les chiens peuvent être affectés par des changements qui altèrent leur vie quotidienne. La dépression peut également être causée par des problèmes de santé. Quoi qu’il en soit, certaines causes de dépression semblent être plus fréquentes que d’autres. Pour vous aider, découvrons ces différents facteurs déclencheurs.

chien triste

  • La mort d’un être cher affecte les animaux aussi bien que les hommes. Il est donc possible que votre chien soit victime de tristesse ou de dépression lorsqu’il perd un maître, un compagnon de jeu voire même un membre de votre famille.
  • Un changement d’environnement peut également affecter la vitalité de votre compagnon. En effet, un changement de foyer ou de famille donne lieu à une adaptation. Dans les premiers temps, il est donc normal que votre nouvel ami soit plutôt timide, peu sociable et triste. Il lui faut juste un peu de temps pour s’habituer à vous et à son nouvel environnement.
  • L’anxiété liée à la séparation, lorsqu’elle se généralise, est le premier facteur de dépression chez nos amis canins. En effet, la solitude excessive génère beaucoup de stress et de frustration chez votre animal. Il est alors essentiel de préparer correctement votre chien à la séparation et de lui porter davantage d’attention lorsque vous êtes présent.
  • L’état de choc est également un facteur déclencheur de dépression. Tout comme chez les humains, le chien qui a été victime d’une situation désagréable a besoin de temps pour s’en remettre. Il doit récupérer de manière physique, mais également psychologique et nerveuse.
  • Les bagarres entre chiens peuvent également engendrer de la tristesse et de la peur. Si certains chiens semblent réagir positivement et être plus alertes, d’autres, en revanche, deviennent peureux et parfois même asociaux.
  • La rupture du noyau familial peut aussi être une période compliquée pour un chien. Si un membre de votre famille quitte la maison, votre chien aura l’impression de perdre un membre de sa meute. Il ressentira alors, tout comme les humains, un vide immense qui le rendra sans aucun doute triste, voire même dépressif.
  • L’arrivée d’un nouveau membre dans la famille, qu’il s’agisse d’un bébé ou d’un animal de compagnie, sera ressentie par votre chien comme une sorte d’invasion. Il aura peur de perdre l’attention que vous lui portez et pourra se montrer jaloux, triste ou dépressif.
  • Certains phénomènes psychologiques ou physiologiques peuvent également amener des états de dépression. Il s’agit généralement de maladies, de grossesse nerveuse ou encore d’anxiété généralisée. Dans tous les cas, la tristesse et l’apathie sont des symptômes qu’il ne faut pas négliger.

Que faire si mon chien est triste ?

La tristesse ou la dépression d’un chien peut être due à des causes variables. Cependant, il est difficile pour un propriétaire de regarder son animal souffrir sans rien faire. Dans ce chapitre, nous allons tenter de répondre à la question : mon chien est triste… que faire ?

chien triste

Lorsque votre petit chien est triste, la première chose à faire est de vérifier qu’il n’est pas malade. En effet, la douleur, la fatigue ou la mauvaise alimentation sont des facteurs déclencheurs de la tristesse voire même de la dépression. Il faut donc absolument vous assurer qu’aucune pathologie physique n’est en cause. Pour ce faire, un petit détour chez le vétérinaire n’est pas forcément du luxe.

Si votre animal n’a fort heureusement aucune pathologie physique, il faut alors découvrir ce qui provoque son mal-être. Vous pouvez, par vous-même, déjà observer le comportement de votre animal et faire une rétrospective sur les dernières journées, ou semaines, pour voir si des changements ont été opérés dans la vie de votre compagnon. Si vous ne parvenez pas à isoler le problème, le recours à un comportementaliste animalier peut être judicieux.

Dans la majorité des cas, la première action consiste à donner à votre compagnon des activités divertissantes. Emmenez le promener, jouez avec lui et surtout offrez-lui beaucoup de câlins. N’oubliez pas que la première cause de dépression et de tristesse chez le chien est le syndrome de l’abandon. Si vous travaillez beaucoup ou si votre chien est souvent seul, c’est sans doute la cause de son désespoir.

Pour comprendre ce phénomène, nous vous invitons à consulter le livre électronique dédié au syndrome de l’abandon. Vous découvrirez la psychologie de votre animal, les divers sentiments qui le traversent ainsi que les nombreux moyens qui sont à votre disposition pour lui permettre de s’épanouir tout de même.

Avoir un chien triste peut être lié à de nombreux facteurs. Cependant, il existe toujours une solution pour sortir votre animal de sa dépression et de son apathie. Avec un peu d’attention et de bonne volonté, vous parviendrez à le rendre heureux, à nouveau.

Comment faire l’éducation d’un chiot ?

Vous avez pris la décision d’ouvrir votre foyer à une mignonne petite boule de poils. Ce seront certainement de nombreuses années de joie et de bonheur tant pour votre famille que pour votre nouveau compagnon. Cependant, pour que la transition se passe bien, nous allons vous donner quelques astuces pour faire correctement l’éducation de votre chiot.

Le b.a.-ba de l’éducation du chiot

Pour que l’éducation du chiot se passe sans anicroche, quelques bases d’éducation du chiot doivent être posées d’emblée :

  • Vous devez choisir pour votre nouveau compagnon un nom qui soit court et facilement prononçable. Dans le cas d’un chien de race avec un pedigree, la première lettre peut vous être imposée par son année de naissance.
  • Votre chiot doit être éduqué et sevré par sa mère jusqu’à ses 2 mois.
  • Vous devrez être logique et cohérent durant toute la phase d’éducation de votre compagnon.
  • Vous devez garder en tête que votre animal cherchera toujours votre approbation et désirera, plus que tout, vous faire plaisir.
  • En aucun cas, la violence ne devra être une méthode pour parvenir à vos fins.

Bien accueillir votre nouvel ami : les astuces

La petite boule de poils débordante d’amour est dans vos bras. Maintenant, il faut s’assurer que l’accueil que vous lui réservez est le meilleur qui soit. Quelques astuces d’experts.

education chiot

Son espace de vie

Lorsque votre chiot arrive à la maison, vous devez lui avoir préparé un endroit personnel. Idéalement situé dans une pièce aérée, mais sans courant d’air, cet espace doit comporter quelques objets indispensables :

  • un panier
  • des jouets
  • des gamelles (une gamelle d’eau fraîche doit être à disposition de l’animal 24/24).

À cet âge, le chiot a besoin de beaucoup de repos. N’oubliez pas que sous ses ardeurs et ses élans amicaux, cela reste avant tout un bébé. C’est à ce moment qu’il faut déjà l’habituer à dormir seul et dans le noir. Les premières nuits sont parfois compliquées, mais il ne faut pas céder.

Sa nourriture

L’alimentation que vous allez offrir à votre chiot doit être adaptée à son âge. Il ne peut en aucun cas être nourri avec les restes de table.

Afin de donner de bons repères à votre nouvel ami, vous devez lui mettre sa gamelle toujours au même endroit. Des repas servis à des heures fixes sont également à privilégier. Les chiens apprécient les habitudes.

Lorsque votre chien est tout petit, pensez à le sortir après son repas afin qu’il puisse faire ses besoins.

Son développement psychologique

Votre chiot cherche instinctivement à vous faire plaisir. De plus, les chiens sont dotés à la fois d’intelligence et de sensibilité émotionnelle. La pratique du renforcement positif est particulièrement indiquée pour un bon développement psychologique.

La règle d’or est donc de prononcer 9 fois OUI pour 1 fois NON !

Les chiots sont fragiles. Les actes de violence sont donc totalement prohibés pour parvenir à donner une bonne éducation. Si votre chiot commet véritablement une bêtise, vous pouvez le prendre par la peau du cou et le secouer légèrement comme le ferait sa mère. Cela n’inclut absolument pas de le prendre pour un prunier.

Les récompenses sont à privilégier afin de renforcer les bons comportements. Cela est d’ailleurs bien plus efficace que la réprimande.

Avant de vous parler des bases de l’éducation du jeune chien, nous tenons à vous présenter un livre sur l’éducation du chiot intitulé : « éduquer son chien en 15 minutes par jour ». Il s’agit d’une méthode 100 % efficace qui vous permettra d’obtenir une relation saine avec votre animal.

Éducation du jeune chiot : bien commencer

education chiot livre

Maintenant que vous avez accueilli correctement votre nouveau compagnon, il faut procéder, dans les plus brefs délais, aux premières leçons d’éducation. En effet, plus tôt vous commencerez, plus les résultats seront spectaculaires et durables. Voyons ensemble les bases de l’éducation d’un jeune chiot.

L’éducation du chiot : obéir

L’apprentissage des ordres est essentiel pour le chiot. C’est ainsi qu’il parviendra à rester à sa place et à se mettre hors de danger.

Il est plutôt facile d’apprendre des mots simples un chiot. En effet, toutes les races sont douées d’intelligence et de logique. Il suffit simplement de prendre des mots simples et courts et de pratiquer un dressage basé sur la patience et le renforcement positif.

L’éducation du chiot : la propreté

L’apprentissage de la propreté est la base même de l’éducation du chiot. Cela sera profitable à vous-même, mais également à votre compagnon.

L’apprentissage de la propreté peut parfois être long. Un chien est généralement propre aux alentours de 6 mois. Évitez de lui apprendre la propreté avec les méthodes classiques comme le journal ou la litière à moins qu’il ne s’agisse d’un chien de toute petite taille comme le chihuahua ou cette dernière méthode peut être adaptée. D’une manière générale, il faut sortir très régulièrement l’animal pour l’habituer à faire ses excréments à l’extérieur.

L’éducation du chiot : rester seul

Parvenir à rester seul est une compétence primordiale pour le bien-être et l’épanouissement de votre ami à 4 pattes.

L’apprentissage du « rester seul » doit absolument être progressif pour porter ses fruits. Vous devez laisser votre animal seul dans des laps de temps de plus en plus longs afin de l’y habituer.

Si votre compagnon pleure ou s’il détruit en votre absence, il est totalement inutile, voire contre-productif, de le punir à votre retour. Cela ne ferait que renforcer son anxiété de la séparation.

L’éducation du chiot : les sorties

Aujourd’hui, votre chiot est une magnifique boule de poils totalement inoffensive. Cependant, il risque peut-être de grandir et de devenir un véritable athlète. À ce moment, parvenir à le sortir en laisse de manière correcte sera évidemment indispensable.

L’apprentissage de la marche en laisse se fait donc dès le plus jeune âge. Le but est d’arriver à ce que votre compagnon suive votre rythme, sans tirer sur la laisse et sans traîner. Ce type d’éducation se réalise dans des endroits calmes où votre chien ne sera pas confronté, dans un premier temps, à des bruits incongrus ou à des congénères.

Éducation du chiot : pour aller plus loin

Pour comprendre comment éduquer votre chien facilement et rapidement, nous vous recommandons le livre sur l’éducation du chiot : « éduquer son chien en 15 minutes par jour », une méthode progressive pour arriver à une relation saine et épanouissante avec votre compagnon.

Procéder à l’éducation d’un chiot n’est pas forcément compliqué. Il faut l’accueillir chaleureusement, veiller à son confort et commencer l’éducation le plus tôt possible avec en ligne de mire le renforcement positif et non pas la réprimande.

Les bases pour bien dresser son chiot

Découvrez les bases à connaître pour réussir l’éducation de votre chiot

L’éducation de son chiot, vous le savez, est absolument primordiale pour développer une vie harmonieuse et épanouie avec votre animal de compagnie. Le chiot est un animal social et originellement sauvage. Vous vous devez de lui assurer une bonne éducation, sans quoi il risque de multiplier les bêtises, et de poser d’autres problèmes plus graves une fois adulte.
Bien dresser son chiot ne s’invente pas, il y a plusieurs principes essentiels à connaître pour réussir son éducation canine. Nous verrons quand commencer l’apprentissage de votre chiot, comment s’y préparer, puis certains grands principes pour bien éduquer son chiot. Enfin, nous montrerons l’application de ces principes au domaine numéro un de l’éducation : la propreté.

dresser son chiot à être propre

Quand devez-vous commencer l’éducation de votre chiot ?

Certains propriétaires de chiens s’imaginent qu’il vaut mieux patienter un certain laps de temps avant de commencer l’éducation de son chiot. C’est une grave erreur. Il est de toute façon illusoire d’imaginer que même très jeune, le chiot n’apprend rien. En effet, dès les premiers jours de son existence, sa mère lui apprend déjà certaines bases de l’éducation, comme l’inhibition de la morsure. Il n’y a donc aucune raison pour que vous ne commenciez pas dès l’acquisition de votre chiot, aux alentours de 2 mois. Plus vous attendez, plus votre chiot risque de prendre de mauvaises habitudes, qui seront ensuite plus difficiles à corriger. Cependant, pas d’inquiétude. Si votre chiot a déjà un certain âge, et malheureusement acquis de mauvais comportements, nous vous proposons un guide très complet pour remédier à ces problèmes, quel que soit l’âge de votre chien. Ce guide est disponible ici : http://go.cmora.neoaid.3.1tpe.net

Vous préparer à recevoir votre futur meilleur ami

Accueillir un chiot à la maison suppose un minimum de préparation préalable. Vous devez décider en amont de quelle manière et avec quels mots précis vous allez faire son éducation, et ce en collaboration avec votre entourage. Surtout si vos proches eux aussi aurons à éduquer votre chiot. Vous devez également réfléchir aux lieux de la maison et aux actions qui lui sont autorisés, et à ceux qui lui sont interdits. Il faut faire preuve de cohérence dans ces domaines, et ne pas lui interdire le mardi de monter sur le canapé, pour le laisser faire le mercredi. Procurez-vous des jouets et autres accessoires qui seront utiles à son bonheur et à son éducation. Bref, préparez un cadre idéal à l’arrivée de votre chiot, et ne vous préoccupez pas de ces importants détails après qu’il soit arrivé chez vous !

Les grands principes pour réussir l’éducation de votre chiot

Voyons maintenant les choses essentielles à savoir pour bien élever et éduquer son chiot. Comme expliqué précédemment, vous devez faire preuve de cohérence, et toujours rester constant dans vos interdits, vos récompenses et les règles que vous imposez à votre chiot. Dans le cas contraire, il ne comprendra pas ce que vous attendez de lui, et donc vous n’arriverez pas à lui apprendre les principes de base de son éducation. Adoptez également une posture et une intonation adaptée quand vous éduquez votre chiot. Vous devez être courbé lorsque vous cherchez à jouer avec lui ou le câliner, et parfaitement droit et ferme lorsque vous le réprimandez, lui intimez un ordre ou lui interdisez des choses. Utilisez une intonation aiguë pour le féliciter et l’encourager, et grave lorsque vous l’appelez ou lui donner des ordres.

Ne grondez pas, et encore pire, ne frappez pas votre chiot. Cela ne lui fera pas mieux comprendre les principes que vous essayez de lui inculquer, bien au contraire. En prime, cela le rendra craintif, et il perdra confiance en vous. Adoptez plutôt une attitude positive, basée sur la récompense. Appliquez le principe du « renoncer c’est gagner ».
Lorsque votre chiot adopte un mauvais comportement, faites-lui comprendre que ce n’est pas bien avec une injonction « Non », utilisée habilement et rarement, ou mieux encore, ignorez votre chien. Dirigez-le plutôt vers une attitude positive que vous recherchez, et s’il l’adopte, récompensez-le avec une friandise. Si par exemple votre chiot saute de manière compulsive, ordonnez-lui de s’asseoir ou de se coucher, un ordre qu’il peut facilement exécuter, et offrez-lui une friandise quand il le fait. Ainsi, il comprend que renoncer à sauter, c’est gagner une friandise.

dresser son chiot

Le premier challenge de votre chiot : la propreté

Maintenant que nous avons étudié ces quelques éléments indispensables pour bien éduquer son chiot, voyons un exemple avec le principe de base de l’éducation canine, la propreté. Sachez que vous devez sortir très régulièrement votre chiot, notamment après qu’il ait joué, dormi ou mangé. Amenez-le toujours au même endroit, pour qu’il s’habitue et comprenne ce que vous attendez de lui. Ne lui mettez pas des journaux ou autre à disposition, ce serait l’encourager à faire ses besoins à l’intérieur. Chaque fois qu’il fait correctement ses besoins à l’extérieur comme prévu, félicitez-le chaleureusement, caressez-le, voire offrez-lui une friandise. Attendez bien qu’il ait entièrement terminé ses besoins, pour ne pas l’interrompre.

Il y aura forcément des accidents au début. Un chiot peut mettre environ 6 mois à devenir propre. L’essentiel est de le prendre sur le fait :le cas échéant, portez-le immédiatement dehors. Si vous ne l’avez pas vu faire ses besoins, ne le punissez pas, et surtout ne lui mettez pas le nez dans ses excréments. Cela lui causera un stress inutile, et pourrait même l’encourager à l’avenir à manger « l’objet du délit ».
Dans tous les cas, ne frappez surtout pas votre chiot s’il fait ses besoins à l’intérieur. Dans ce domaine comme dans les autres, vous devez faire preuve d’une grande patience.

Le mot de la fin: gagnez du temps grâce à l’expérience de professionnels

Vous connaissez maintenant les principales choses à savoir pour bien éduquer ou dresser votre chiot. En résumé, débutez le plus tôt possible, préparez-vous à accueillir votre animal, et basez avant tout votre éducation sur la récompense et l’incitation, jamais sur la violence ou la coercition. Si cela est valable pour la propreté, c’est également le cas pour bien d’autres principes essentiels de l’éducation, comme les ordres de base, la sociabilité, le fait de ne pas sauter ou faire des bêtises en étant seul, mordiller, aboyer…

Tous ces comportements peuvent être corrigés grâce à une bonne éducation. Pour cela, nous vous recommandons un excellent e-book particulièrement complet et précis, rédigé par une véritable professionnelle de l’éducation canine. C’est une mine d’or, où vous apprendrez absolument toutes les subtilités indispensables pour bien éduquer et dresser son chiot comme son chien adulte. Pour en profiter, c’est par ici : http://go.cmora.neoaid.3.1tpe.net

Quoi qu’il en soit, nous vous souhaitons bon courage dans l’éducation de votre chiot. Faites preuve de persévérance et suivez nos conseils, et vous développerez une relation harmonieuse et heureuse avec votre chien.

Éduquer son chien : nos méthodes simples

Éduquer son chien n’est jamais de tout repos. Vous avez peut-être un chien qui vous cause des tas de problèmes par son comportement. Si vous cherchez la solution, cet article est pour vous car il va vous apprendre des méthodes simple d’éducation!

nos methodes eduquer son chien

Éduquer son chien ne s’improvise pas !

Éduquer son chien est tout un apprentissage. Il faudra donc vous informer pour le faire de la meilleure des manières.

Un chien mal éduqué peut présenter de nombreux troubles du comportement. Par exemple être peureux, agressif, aboyer sans cesse, pleurer la nuit, mordiller, etc.

C’est bien sûr là qu’entre en jeu l’éducation canine. Celle-ci vous permet de prévenir les nombreux soucis que peuvent impliquer la possession d’un chien. Grâce à une éducation adéquate, vous profitez mieux de votre animal favori, celui-ci devient plus épanoui, et vous avec. En somme, tout le monde est content, et ça… c’est beau.

Bonne nouvelle : éduquer son chien soi-même, c’est possible !

L’éducation canine, contrairement à certains stéréotypes, peut aussi être effectuée par vous-même. Toutefois, vous devez pour cela connaître si vous connaissez les grands principes à mettre en place. Dans cet article, nous balayerons la plupart d’entre eux.

Nous verrons respectivement la différence entre le dressage et l’éducation canine ; pourquoi, quand et comment vous devez éduquer votre chien, puis les principes essentiels de l’éducation canine. Vous découvrirez enfin nos astuces simples et efficaces pour apprendre vous-même les bases du comportement canin à votre animal favori.
Sacré programme ! Commençons donc tout de suite.

eduquer son chien

Non, dressage et éducation ne sont pas synonymes !

Avant tout, différencions bien les notions d’éducation et de dressage. Les propriétaires canins néophytes tendent à les confondre, alors qu’il s’agit de deux activités sensiblement différentes.

L’éducation canine recouvre en effet les principes de base à apprendre à son chien pour une vie harmonieuse avec les humains. Par éducation canine, on entend l’apprentissage de la propreté, de l’obéissance aux ordres de base essentiels comme assis, couché, pas bouger, etc., ainsi que la sociabilisation et la bienveillance envers les humains.

Les chiens reçoivent une éducation de base

Ainsi, tout chien est censé avoir reçu peu ou prou la même éducation de base. En revanche, des chiens aux missions très spécifiques, comme des chiens policiers ou des chiens d’aveugles, bénéficieront, eux d’un dressage.

Le dressage en bref

Le dressage, lui, est facultatif. Il consiste à développer certaines compétences de l’animal, et à lui apprendre des ordres beaucoup plus riche et précis. Cela peut être pour le loisir (exemple : agility, ring), mais également dans le cadre d’une mission dévolue au chien comme le pistage, la garde, la défense…

Le dressage, une connotation parfois péjorative

En effet, il est souvent associé à l’apprentissage par la violence envers le chien. Cela relève bien plus d’un ressenti général, qui n’est pas automatiquement fondé. Comme on vient de le voir, dresser un chien d’aveugle est une magnifique aventure pleine d’altruisme, et peut parfaitement se faire sans employer aucune violence ou agressivité envers le chien.
Dans cet article, nous nous concentrerons plus spécifiquement sur l’éducation canine.

Pourquoi, quand et comment éduquer votre chien ?

Comme nous l’avons déjà brièvement expliqué, éduquer son chien est absolument primordial pour une relation apaisée entre lui et tous ses proches, qu’il s’agisse de vous-même, votre famille, les inconnus…

Comme vous, le chien est un animal social, qui doit donc absolument apprendre certaines bases de la vie en société.

Si, comme je l’imagine, vous voulez éviter certains désagréments, éduquer son chien est indispensable. Un chien bien éduqué ne mordille pas ou ne mord pas, ne dévore pas tout ce qui traîne, ne saute pas, obéit aux ordres, etc.

Quand débuter ?

Les avis diffèrent à ce sujet. En vérité, le chien commence à apprendre des choses pratiquement dès sa naissance. Il n’est donc jamais réellement trop tôt pour débuter l’éducation canine.

Par conséquent, vous pouvez commencer à éduquer votre chien dès son adoption, aux alentours de 2 mois.

Plus vous commencerez tôt, plus il aura de facilité à apprendre!

Si vous attendez trop et laissez la bride libre à votre chien, il risque de vite acquérir de mauvais comportements le rendant dangereux, asocial, craintif ou sale dans les années à venir. Il sera alors plus difficile, bien qu’encore tout à fait possible, de rectifier le tir. Si vous possédez un chien adulte souffrant de problèmes de comportement, vous pouvez télécharger ce guide extrêmement riche et complet pour solutionner ce souci, et retrouver une relation harmonieuse avec votre animal de compagnie : http://go.cmora.neoaid.3.1tpe.net

Adoptez toujours une attitude cohérente

Avant de rentrer plus en profondeur dans les détails de l’éducation canine, sachez que la façon dont vous la pratiquez aura une forte incidence sur votre réussite ou votre échec. Ainsi, quelle que soit les méthodes ou astuces que vous employez, vous devez adopter une attitude cohérente envers votre chien.

Concertez-vous avec le reste de la famille

Il est indispensable que vous décidiez clairement, vous et vos proches, de ce qui est toléré pour votre chien et de ce qui ne l’est pas. Si d’une personne à l’autre, ou si vous-même, d’un jour sur l’autre, agissez de manière contradictoire avec votre animal, celui-ci sera complètement perdu, et votre éducation sera un échec cuisant.

Adoptez une intonation et des gestes adaptés

De même, vos gestes, votre posture, ainsi que l’intonation de votre voix doivent être adaptés et cohérents à ce que vous tentez d’apprendre à votre chien.

éduquer son chien

Tenez-vous penché lorsque vous voulez jouer, rappeler ou câliner votre chien. À l’inverse, tenez-vous droit lorsque vous voulez qu’il reste sur place ou se calme. Concernant la voix, n’hésitez pas à exagérer vos intonations, à monter dans les aigus pour féliciter ou jouer avec votre chien, et utiliser une voix grave et ferme pour les interdictions.

Éduquer son chien : les principes essentiels

Abordons maintenant quelques principes primordiaux de l’éducation canine. Outre votre attitude personnelle, il y a plusieurs points essentiels à connaître pour bien éduquer son chiot ou son chien.

Le lieu d’apprentissage est important

D’abord, l’endroit où vous donnez vos leçons n’est pas anodin. Vous devez choisir un lieu le plus calme possible, surtout lors de vos premières tentatives. Votre chien a besoin de concentrer toute son attention sur vous et vos exercices, ce sera d’autant plus difficile qu’il y aura du monde ou de l’agitation autour. L’éducation canine demande déjà assez d’efforts et de travail, sans en plus vous compliquer la tâche, non ?
À noter que plus votre chien s’améliore et vous obéit, plus vous pouvez augmenter la difficulté de l’apprentissage, en lui donnant vos leçons dans des endroits plus agités. Cela l’entraînera à garder son attention sur vous, malgré les distractions alentours.

Donnez vos ordres avec parcimonie

Autre principe essentiel, donnez vos ordres avec parcimonie. Si vous avez le malheur de harceler votre animal d’ordres incessants, il va très vite s’imaginer que ceux-ci sont négligeables, et va tout simplement vous ignorer. Vous devez vous assurer, lorsque vous donnez un ordre, que votre chien est concentré et vous écoute avec attention.
Êtes-vous réactif ? Il vaut mieux pour vous, car toute récompense ou punition doit avoir lieu dans les quelques secondes après l’action correspondante. Si par exemple, vous voulez féliciter votre toutou, qui a obéi à un ordre avec succès, en lui offrant une friandise, faites-le immédiatement après l’action. Si vous perdez de nombreuses secondes à chercher la friandise, vous perdez également le bénéfice de votre leçon. Il vous faut donc être très réactif lorsque vous travaillez sur le comportement de votre chien.

Vos séances d’éducation doivent être courtes, agréables et répétées.

Il vaut mieux faire plusieurs petites séances quotidiennes, que quelques-unes très longue et espacées. Il vous faut donc, d’une part, persévérer malgré les difficultés et ne jamais perdre patience ; d’autre part, veiller à être dans de bonnes dispositions et de bonne humeur, pour ne pas stresser votre chien et ainsi diminuer l’efficacité de la séance.
La façon de donner vos ordres est également primordiale. Vous devez vous exprimer clairement, de façon forte et compréhensible. Si d’autres personnes que vous font l’éducation de votre chiot ou chien, veillez à ce que tout le monde emploie exactement les mêmes termes. Ce qui peut sembler synonyme pour vous, comme « Pas bouger » ou « Reste », n’est pas du tout perçu ainsi par votre animal. Captez toujours l’attention du chien avant de lui donner un ordre, et félicitez-le de manière très expansive quand il fait ce que vous attendez de lui.

La punition du chien

Elle ne doit bien sûr pas être physiquement violente, ce qui risquerait juste de rendre votre chien agressif et craintif. La sanction doit être cohérente, comprise par le chien, mais également systématique, ou elle perdra tout son sens. Ne faites pas non plus durer trop longtemps la punition ou votre chien va oublier pourquoi il est puni. Si par exemple vous l’ignorez, ne le faites pas plus de 5 minutes. Outre le déni d’attention, vous pouvez lui infliger un reproche verbal, l’envoyer au panier, l’isoler dans une pièce vide, ou simplement l’empêcher d’obtenir ce qu’il voulait (par exemple jouer, ou sortir en grattant la porte).

dresser un chien

Apprenez l’éducation de base de votre chien avec 6 méthodes simples

Entrons maintenant dans le dur – aie. Voici nos méthodes simples et faciles pour réaliser vous-même l’éducation basique de votre chien.

Éduquer son chien pour l’ordre « Assis »

L’ordre « Assis » est un des plus simples et des premiers à apprendre à votre chien. Pour le lui inculquer, servez-vous d’une friandise. Placez-la au-dessus de sa tête, tout juste hors de sa portée. Approchez la friandise juste au-dessus de son museau, de manière à ce qu’il soit obligé de s’asseoir naturellement pour augmenter sa portée, et ainsi saisir la friandise. Une fois assis, donnez-lui sa récompense et félicitez-le chaleureusement. Une fois qu’il a bien compris la manœuvre, prononcez l’injonction « Assis » lorsque vous réalisez l’exercice. Avec la pratique, vous pourrez ensuite vous passer de la friandise.

Éduquer son chien pour l’ordre « Couché »

Pour apprendre ce commandement à votre chien, vous pouvez partir de la position assise. Attirez l’attention de votre animal avec une friandise, tenez-la dans votre main et placez-la au ras du sol. Votre chien va se pencher pour tenter de l’attraper. Reculez alors progressivement votre main, afin que le chien soit forcé de s’allonger pour y avoir accès. Une fois qu’il est totalement allongé, donnez-lui la friandise et félicitez-le. Comme pour l’ordre précédent, lorsque votre chien a compris qu’il doit se coucher lorsque vous placez votre main vers le sol, vous pouvez ensuite accompagner la manœuvre de l’injonction « Couché ». À terme, vous pouvez là encore pratiquer l’exercice sans friandises.

Éduquer son chien pour l’ordre « Pas bouger / Reste »

Pour cet ordre, vous pouvez utiliser l’une des deux injonctions au choix, mais surtout, toujours la même. Partez d’une position de départ assis ou couché. Donnez l’injonction de votre choix d’une voix ferme, en plaçant votre main devant vous. Si le chien est resté en place quelques secondes, félicitez-le et récompensez-le avec une friandise.
Ensuite, répétez l’exercice en reculant de quelques pas avant de donner l’ordre de ne pas bouger, toujours la paume en avant. Le but est d’augmenter progressivement la distance et la durée de l’exercice, en récompensant systématiquement le chien s’il est resté à sa place durant le laps de temps souhaité. Dans le cas où le chien n’obéit pas, surtout ne le grondez pas, reprenez simplement à un stade antérieur. Une fois les bases acquises, vous pourrez augmenter la difficulté en tournant le dos à votre chien, en sortant de son champ de vision ou en testant son obéissance dans un lieu agité, où les sollicitations l’inciteront à bouger.

ordre pas bouger

Éduquer son chien pour le « Non »

Cette injonction doit être utilisée avec réserve. En effet, si vous multipliez les ordres de ce type, le chien ne va plus comprendre qu’il s’agit d’un interdit. Il peut même au contraire y voir un encouragement et imaginer qu’il s’agit de son nom (quelle flèche celui-là 😉). Vous devez utiliser cette injonction de manière choisie et de façon cohérente.

Utilisez une posture adaptée une voix autoritaire. Si le mauvais comportement s’arrête, cessez immédiatement de réprimander le chien au risque de générer du stress et de l’incompréhension.

Le meilleur moyen d’utiliser le « Non » est de proposer dans la foulée une alternative au chien. Pour cela, vous pouvez encourager un comportement positif ou lui donner un ordre facilement exécutable (par exemple, assis ou couché).

Savoir ignorer son chien

Sachez qu’en cas de mauvais comportement de votre chien, l’ignorance est parfois bien plus efficace et plus facilement comprise qu’un non.

Pour ignorer votre chien, ne le regardez pas, ne lui parlez pas et tournez-lui le dos. Il comprendra beaucoup mieux que son comportement n’est pas adapté que si vous le martelez avec des « Non » incessants.

Éduquer son chien pour le rappel

Le rappel est une notion indispensable de l’éducation canine, à apprendre le plus tôt possible à votre chiot. Plus tôt vous la lui inculquez, plus ce sera facile. En grandissant, les chiens deviennent plus indépendants, et cette base plus difficile à leur apprendre.

Avant tout, choisissez l’injonction que vous voulez apprendre à votre chien, et tenez-vous-y systématiquement. Cela peut être « Au pied », ou « Viens ici ». Dans la pratique, demandez à un proche de tenir votre chien. Éloignez-vous de quelques mètres, puis appelez-le en ouvrant grand les bras de manière chaleureuse : il devrait se ruer vers vous. Le cas échéant, félicitez-le sans retenue, caressez-le et offrez-lui une friandise.

Progressivement, augmentez la distance à laquelle vous l’appelez. Vous pouvez ensuite accroitre la difficulté en vous entraînant dans un lieu public comme un parc.

Dans ce genre d’endroit, les nombreuses stimuli vous permettrons vraiment de tester l’obéissance et la compréhension de votre chien. Si jamais il n’obéit pas et fuit n’importe où, surtout ne le poursuivez pas, il prendrait cela comme un jeu. Ne le grondez pas non plus quand il revient finalement vers vous. Il ne comprendrait pas, et doit toujours associer l’objectif réalisé à une récompense.

Éduquer son chien pour « Le stop »

Voici un ordre essentiel, qui pourrait vous éviter bien des tracas lors de vos promenades. Pour apprendre cette compétence, promenez votre chien en laisse. Arrêtez-vous, et lorsque le chien est naturellement stoppé par la laisse, prononcez le mot « Stop » d’une voix ferme et compréhensible. Récompensez et félicitez votre chien lorsqu’il s’est arrêté. Recommencez jusqu’à ce qu’il assimile l’injonction « Stop » à l’arrêt.

Corsez ensuite l’exercice en prononçant « Stop » sans vous arrêter, mais arrêtez-vous en même temps que le chien pour faciliter sa compréhension. Vous pouvez ensuite faire le même exercice avec une longe, puis, lorsqu’il est bien assimilé, tenter de le faire sans laisse. N’oubliez pas de systématiquement féliciter et récompenser votre chien à chaque fois qu’il s’est correctement arrêté sur votre ordre.

Éduquer son chien : pour conclure

Et voilà !
Vous connaissez maintenant l’intérêt de l’éducation canine – mais était-il vraiment nécessaire de vous en convaincre ?  Grâce à nos méthodes , vous pourrez rapidement commencer à enseigner les bases de l’éducation canine à votre chien.
Il existe toutefois bien d’autres astuces simples à appliquer dans ces vastes domaines que sont l’éducation et le dressage canin.

Consultez donc également cet article qui complète les informations présentes ci-dessus avec 5 techniques originales pour dresser son chien .

Nous vous souhaitons quoi qu’il en soit bon courage et beaucoup de bonheur avec votre animal.

 

Elever un Chiot : Comment et Quand ?

Votre chiot est enfin à la maison, vous êtes tellement ravi de cette nouvelle présence que vous lui consacrez tout votre temps. Néanmoins, lorsque vous retournerez au travail, celui-ci se retrouvera seul. Il est donc nécessaire de l’éduquer pour qu’il puisse vivre pleinement sa vie de chiot.

Cet article vous explique en détails comment et quand elever un chiot, pour vous aider au mieux dans cette tâche parfois difficile.

Comment Elever Un Chiot

Même si cette petite boule de poils vous fait craquer, il est important de commencer son éducation. Cela est indispensable pour son bien-être mais aussi pour le vôtre !

Tout d’abord, vous devez respecter des principes de base en termes d’éducation canine :

  • Ne punissez jamais votre chiot ;
  • L’éducation est un plaisir pour lui mais aussi pour vous ;
  • Apprenez à communiquer efficacement avec votre chiot ;
  • Observez-le ;
  • Félicitez-le, vous pouvez aussi le récompenser.

De plus sachez que l’éducation canine dépend de trois facteurs, du chiot, du maître et de la méthode.

Si vous constatez que la méthode ne convient pas à votre chiot, vous devez en changer. Effectivement, votre animal ne s’investira pas dans une éducation contraignante dépourvue de plaisir. Comme les êtres humains, sa préférence est pour l’agréable.

En outre, n’oubliez pas que le chiot apprend beaucoup par le jeu, il est donc essentiel que cela reste ludique. Plus votre chiot assimile l’apprentissage comme du positif, plus il prend du plaisir à apprendre, plus il apprend. Ainsi, vous élevez votre chiot dans le plaisir, ce qui contribue à son bien-être.

Si celui-ci ne répond pas aux sollicitations, ignorez-le, ce ne doit pas être le bon moment. Il est inutile de le gronder, sanctionner votre chiot ne lui apporte que de la peur et du stress. Par ailleurs, il refusera les nouvelles sollicitations par crainte de la sanction. Comprenez qu’élever votre chiot ne signifie pas le réprimander mais bien l’accompagner à se comporter correctement.

Les premiers temps, vous lui apprenez les commandes sécuritaires (assis, couché, au pied, pas bouché, non, stop…) et certaines notions éducatives (la propreté, apprendre à rester seul, ne pas mordiller…).

Voici deux exemples de séances éducatives pour vous aider :

Vous souhaitez lui apprendre « Assis » :

Dites-lui « Assis », il y a fort à parier que votre chiot ne s’assoit pas. Accompagnez l’ordre d’un geste. Appuyez légèrement sur son train arrière, si nécessaire, tout en verbalisant. Une fois assis, félicitez-le ! Recommencez l’exercice plusieurs fois.

Vous souhaitez lui apprendre à rester seul :

Il est difficile pour votre chiot de rester seul, en effet, il a eu l’habitude d’être entouré par sa mère et ses frères et sœurs. Pour que ces moments de solitude se passent au mieux, votre animal doit donc apprendre à s’ennuyer. Cela signifie que vous ne devez pas répondre à ces sollicitations en permanence.

Sortez de la maison sans regarder votre chiot, à un moment où son attention n’est pas centrée sur vous, restez dehors quelques minutes (au moins une, la première fois), puis revenez. Ne vous précipitez pas vers votre animal, attendez qu’il se calme pour le caresser.

Augmentez progressivement le temps de solitude.

Patience est le maître mot, certaines commandes ou notions peuvent être difficiles à assimiler. En élevant votre chiot dans le plaisir quotidiennement, vous aurez forcément des résultats.

Quand Elever un Chiot

Vous pouvez, même vous devez, éduquer votre chiot dès son arrivée chez vous que ce soit à deux mois ou à six mois.

Il a toutes les capacités requises pour apprendre, sachez que sa mère a déjà débuté certains apprentissages, comme la propreté, l’interdiction de mordiller… Vous avez juste à prendre la relève. Vous élevez donc votre chiot comme sa mère le ferait.

Toutefois, l’attention d’un chiot est comme celle d’un très jeune enfant, limitée. Il ne sert donc à rien de faire des séances éducatives qui durent des heures.

D’ailleurs, l’éducatrice canine Caroline Lange, propose un livre « Dressez votre chien en 15 minutes par jour » http://go.cmora.neoaid.3.1tpe.net  , qui reprend ce principe d’assimilation limitée. De plus, elle propose des explications détaillées sur comment élever votre chiot respectueusement.

Les moments éducatifs dépendent, certes de votre emploi du temps, mais aussi de votre chiot. Vous devez donc l’observer pour connaître son instant de disponibilité intense. En effet, pour que l’éducation soit productive, il faut que votre chiot y adhère totalement.

Testez donc différentes possibilités pour vous faire une idée du moment idéal. Soyez conscient que même si vous travaillez, les séances doivent être quotidiennes.

Il est maintenant temps de mettre en pratique ces conseils pour élever votre chiot ! Il est certain que cela procurera à chacun d’entre vous de grands moments de plaisir !