Un chien qui pleure : nos solutions

0 Commentaires

Un chien qui pleure, ça fait mal au cœur. Et comme vous aimez votre boule de poils, vous faites tout pour que cela cesse. Mais, à force de céder, les pleurs de votre chien peuvent devenir une véritable nuisance. Alors, que ce soit un chien qui pleure la nuit ou un chien qui pleure sans raison, voyons ensemble comment bien réagir.

Avant d’égrainer les solutions possibles, permettez-nous de vous expliquer les différentes causes qui peuvent engendrer les pleurs ou les gémissements de votre animal.

Alors, pourquoi un chien pleure-t-il ?

Avant de penser à un problème comportemental, il faut savoir que les aboiements, hurlements, jappements, gémissements ou pleurs du chien sont dus à des facteurs très variables. Ensemble, voyons les différentes significations du chien qui pleure.

chien qui pleure

La douleur

Avant de foncer chez un comportementaliste canin, vous devez vous assurer que les pleurs de votre chien ne sont pas dus à un problème physique. Les blessures ou la maladie entraînent une souffrance qui peut se manifester par des pleurs, des aboiements ou des comportements inhabituels.

Vous pouvez déjà regarder par vous-même si votre animal présente des blessures ou s’il manifeste un inconfort à la palpation. En cas de doute, une consultation chez le vétérinaire s’impose. Certaines blessures internes ou certaines maladies sont invisibles à l’œil nu. Seul le comportement de votre animal peut vous faire comprendre qu’il a un problème.

La solitude

Les chiots pleurent régulièrement lorsqu’ils sont seuls. L’anxiété et le stress de la séparation expliquent ce phénomène.

Rester seul est une compétence qui s’apprend. Au départ, les pleurs sont normaux. Il est de votre devoir d’apprendre à votre chiot à rester seul sans ressentir l’anxiété de la séparation.

Cet apprentissage doit être progressif. Pour cela, vos premières absences doivent être de courte durée. De plus, vous devez donner à votre chien un environnement rassurant et confortable. L’indépendance est un automatisme chez les canidés. Avec le temps, votre chiot finira par l’apprécier.

Le caprice

Il arrive qu’un chiot pleure parce qu’il ne reçoit pas l’attention qu’il souhaite. Il s’agit donc ici d’un signal qui relève du caprice et non pas de la tristesse ou de la peur.

Cette situation est parfois difficile à gérer. Le comportement de votre animal vous incite à accourir au moindre de ses gémissements. Au final, cela lui donne une position de dominant. Par conséquent, même si cela est difficile, vous ne devez pas céder aux caprices de votre animal. C’est à ce prix que votre relation sera harmonieuse et équilibrée.

Maintenant que nous avons vu les principales significations d’un chien qui pleure, nous allons pouvoir aborder ensemble les conseils élémentaires pour mettre fin à cette situation.

Mais avant de vous révéler les conseils pratiques des experts, nous vous invitons à prendre connaissance de l’ouvrage « soigner le syndrome d’abandon de votre chien » pour comprendre en détail les pleurs de votre animal et connaître les solutions pour y mettre un terme.

Quelques conseils d’experts pour réagir face à un chien qui pleure

chien triste

Conseil 1 : soyez ferme

Répondre à la moindre des sollicitations de votre animal ne lui rendra pas service. Éduquer son chien, c’est aussi lui apprendre la frustration.

Les chiots ont du mal à gérer leurs émotions. C’est pour cela qu’ils ressentent souvent de l’anxiété au moment de la séparation. En ne répondant pas à ses sollicitations de jeux ou de caresses, vous lui apprenez à gérer ce type de sentiments. Il sera donc moins enclin à pleurer ou à détruire lorsqu’il se retrouve seul.

Conseil 2 : construisez un apprentissage progressif

Le chien qui pleure a besoin de modifier son comportement. Ce nouvel apprentissage doit se faire pas à pas.

Lorsque vous adoptez un chiot, son environnement change brusquement. Il passe d’un endroit sécuritaire où il se trouvait généralement avec sa mère et ses frères et sœurs à un environnement qu’il ne connaît pas. De plus, vous le laissez seul, circonstance qu’il n’a jamais connue lorsqu’il vivait avec ses pairs.

Il est donc normal que votre chiot aboie, pleure ou gémisse lorsque vous vous absentez. Pour l’aider, vous devez lui enseigner comment rester seul. Pour cela, vous devez entreprendre un apprentissage progressif. Il faut isoler votre chiot dans une pièce par tranche de 5 minutes. S’il se met à gratter, à pleurer ou à aboyer, vous devez attendre qu’il soit calmé pour lui ouvrir la porte. Dans le cas contraire, cela renforcera son comportement inadapté.

Conseil 3 : créez une zone intime

Votre chien doit disposer d’un endroit où il se sent protégé. Pour cela, vous pouvez lui proposer un panier confortable ou une couverture moelleuse.

Vous devez habituer votre chiot à sa « zone refuge ». Pour cela, il est opportun de l’y envoyer à plusieurs reprises pendant la journée. En effet, cet espace ne doit pas devenir synonyme de punition. Auquel cas votre chien va pleurer s’il doit y rester.

Conseil 4 : soyez serein

Lors du départ ou du retour, beaucoup de maîtres manifestent une attention démesurée à l’égard de leur animal. En faisant cela, vous renforcez son état de stress.

Lorsque vous partez, ne mettez pas en place des rituels de départ. Partez simplement comme si vous alliez juste au jardin. À votre retour, faites de même. Laissez-vous le temps de rentrer, de vous changer et peut-être de lire votre courrier avant de manifester un intérêt pour votre animal. En effet, si votre chien est le centre de votre attention dès votre retour, il considérera cela comme une validation de son état d’anxiété.

Conseil 5 : voyez petit

Contrairement aux idées reçues, votre chien n’a pas besoin d’un grand espace lorsque vous n’êtes pas là.

Lorsque vous êtes absent de la maison, votre chien se sent la responsabilité de la garder. Plus il aura d’espace à sa disposition, plus il aura de portes et de fenêtres à vérifier. Cela risque d’accroître son état de stress et d’engendrer des pleurs, des aboiements ou des destructions.

Lorsque les absences sont éphémères (moins de 2 heures), il est même possible de laisser un chien dans une caisse de transport. Il ne s’agit nullement d’une maltraitance, mais d’une manière de rassurer son animal. Il s’agit, d’ailleurs, d’une idée bien plus productive que celle du collier anti-aboiements. Veillez simplement à ce que votre chien ait pu faire ses besoins avant.

Il est parfois difficile de résister aux pleurs d’un animal triste. Les aboiements, hurlements et gémissements peuvent être difficilement supportables. Pourtant, apprendre à votre animal à rester seul est salutaire pour lui-même. Alors, pour une relation harmonieuse avec votre chien, donnez-lui les bonnes habitudes dès le début.

Categories: Dressage | Dressage et comportement

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

E-BOOK OFFERT | "6 Clés Pour Rendre Un Chien Heureux"
Télécharger Maintenant
%d blogueurs aiment cette page :