Chiot hyperactif : 5 conseils pour le calmer

Quoi de plus mignon qu’un bébé chien ? Depuis que votre chiot est arrivé à la maison, vous n’avez yeux que pour lui. Il y a cependant un petit détail qui vous chiffonne. Votre petit compagnon  semble inépuisable, si bien que vous avez du mal à suivre ! Dans cet article, découvrez les 5 meilleurs conseils pour calmer un chiot hyperactif.

chiot hyperactif

PS : Vous souhaitez un chien calme et propre ? Nous vous proposons une méthode structurée et détaillée qui vous permettra de l’éduquer en seulement 15 minutes par jour. C’est un best-seller conseillé par tous les éducateurs canins. Cliquez ici pour la découvrir ! 

Hyperactivité du chiot : canaliser son énergie

Faire des balades fréquentes et variées

Un chiot hyperactif a avant tout énormément d’énergie à revendre. Avant de vous lancer dans des multiples méthodes plus complexes les unes que les autres, commencez par la base : permettre à votre jeune chien de se défouler pleinement au quotidien. En effet, de nombreux propriétaires se plaignent de l’hyperactivité du chiot, mais oublient l’essentiel : lui offrir un cadre de vie adapté à ses besoins physiologiques, et psychologiques.

N’oublions pas que par nature, le chien est un animal social. Il a donc besoin quotidiennement de bouger, mais aussi de découvrir des environnements variés. Vivre chaque jour de nouvelles expériences en termes d’odeurs, de couleurs, de textures, de formes, ou de bruits, est indispensable à l’équilibre de votre petit compagnon. Pour calmer un chiot hyperactif, il faut donc commencer par lui offrir des balades fréquentes, et variées.

N’hésitez pas à le sortir plusieurs fois par jour, et à lui proposer des lieux de promenade où il peut pleinement dépenser son énergie. Par exemple, vous pouvez emmener votre chiot en forêt, en montagne, à la campagne, ou encore au parc… Privilégiez les endroits où vous pouvez le lâcher sans risques, et où il a la possibilité de courir, sauter, mâchouiller, et même aboyer sans gêner quiconque. De retour à la maison, il sera plus calme que jamais !

Utiliser un jouet distributeur

En complément de promenades, vous pouvez utiliser à la maison des objets spécifiques pour canaliser l’énergie de votre chiot hyperactif. Quand votre bébé chien commence à s’agiter, proposez-lui de se dépenser d’une autre manière. Pour cela, vous pouvez par exemple utiliser un jouet distributeur. Ce dernier est idéal pour lutter contre le stress, et l’hyperactivité.

Contrairement aux idées reçues, un chien hyperactif n’a pas seulement besoin de se dépenser physiquement, mais aussi psychologiquement. Le concept d’un jouet distributeur est simple : le jouet récompense votre animal par une friandise lorsqu’il atteint un certain objectif. Il s’agit donc d’un objet qui fait appel aux capacités de concentration, et de réflexion de votre animal.

Rester zen face à un chiot hyperactif

Face à l’hyperactivité du chiot, de nombreux maîtres ont tendance à s’énerver. Ils commencent à élever la voix, ou pire encore, à frapper leur animal. Notez que ces agissements ne sont nullement éducatifs. Au contraire, ils favorisent un contexte d’excitation. En toutes circonstances, le chien ressent les émotions de son maître, et a tendance à claquer son comportement sur le sien.

Pour apaiser un chiot hyperactif, il est donc important de favoriser une ambiance zen au quotidien. Il ne faut pas s’étonner qu’un animal s’agite, lorsque l’environnement autour de lui l’est également. Évitez donc de crier, courir, sauter, rire aux éclats, et tout autre comportement agité, au contact de votre petit compagnon, si vous attendez lui plus de calme.

De même, ne laissez pas les invités à exciter votre chien inutilement. Très souvent, les gens aiment jouer avec les chiots. Si bien qu’ils n’hésitent pas à les surexciter, tout simplement car ils trouvent mignon de le voir mordiller, et sauter partout. Le problème c’est que cette attitude n’aide pas votre animal à se calmer par la suite, puisqu’il reçoit des signaux contradictoires.

Utiliser un diffuseur en cas d’hyperactivité canine

Cette solution n’est pas miraculeuse, mais peut représenter une approche complémentaire intéressante. Parfois, l’hyperactivité canine est due à de l’anxiété. Pour apaiser cette anxiété, il est possible d’utiliser un diffuseur de phéromone d’apaisement. La phéromone d’apaisement est une substance artificielle similaire à certaines hormones produites par la mère lors de l’allaitement. Cette hormone vise à rassurer sa progéniture durant les premiers jours de vie.

Pour ceux qui préfèrent le naturel, sachez que certaines huiles essentielles sont réputées pour leurs vertus anti-stress chez l’homme, comme chez le chien. Parmi ces dernières, on retrouve la lavande fine, la verveine, ou encore la marjolaine. Attention tout de même, il est impératif de suivre à la lettre les dosages recommandés, car les huiles essentielles mal utilisées peuvent s’avérer toxiques pour votre animal. Évitez également les huiles essentielles si vous avez un chat.

Jouer la carte de l’ignorance avec un chiot hyperactif

Très souvent, un chiot agité cherche à attirer l’attention de son maître. Il adopte donc de mauvais comportements pour se faire remarquer. Si vous le grondez en retour, le chien retient une chose : quand il s’agite, vous lui parlez, et c’est exactement ce qu’il veut ! La plupart des maîtres pensent donc dissuader leur chien de faire une action, mais  en réalité, ils ont l’effet inverse. Leur réaction renforce l’action de l’animal, et l’invite à recommencer.

Face à l’hyperactivité du chiot, il est donc préférable de jouer la carte de l’ignorance. Un chien assimile très vite les conséquences de ses actions. S’il constate que vous ne vous occupez pas de lui quand il agit d’une certaine façon, mais que vous lui redonnez de l’attention dès qu’il arrête, il comprendra rapidement ce qu’il doit faire, ou ne pas faire. Lorsque votre chiot hyperactif mordille, ou aboie, ne lui parlez pas, et ne le regardez pas.

Cependant, dès qu’il cesse le comportement problématique, félicitez-le en lui apportant de l’attention, par exemple au travers de caresses, de jeux, ou de paroles. Vous pouvez même, au début, lui apporter une attention exagérée, de manière à bien mettre en avant le contraste. Répétez l’exercice jusqu’à qu’il comprenne de lui-même que s’agiter n’est pas la bonne solution pour qu’on s’occupe de lui. Il comprendra rapidement !

Chiot hyperactif : lui enseigner les bases éducatives

Pour terminer, notez que l’éducation d’un chien se fait dès le plus jeune âge. Un chiot hyperactif n’est pas trop jeune pour apprendre. Bien au contraire, les premiers mois de vie sont idéals pour permettre à votre chien d’assimiler un maximum de choses. Afin de canaliser son énergie au quotidien, n’hésitez donc pas à lui enseigner les bases éducatives. Assis, couché, pas bougé, ou encore stop… voici quelques fondamentaux que votre animal doit connaître.

Le meilleur moyen d’éduquer votre chiot est d’opter pour le renforcement positif. Plutôt que de punir la faute, on récompense la bonne attitude, tel est le concept de l’éducation canine positive ! Quand vous donnez un ordre à votre chien, utilisez toujours les mêmes termes. Dès qu’il obéit, récompensez-le par une friandise, ou une caresse. Répétez régulièrement l’entraînement, mais par tranches de 5 ou 10 minutes, en terminant toujours sur un point positif.

Comportement de chien malade : comment le détecter ?

Les chiens, comme les hommes, n’échappent pas aux maladies. Votre petit compagnon agit de manière inhabituelle ? Il est possible qu’il soit malade ! Comment repérer le comportement d’un chien malade ? On fait le point dans cet article sur les signes qui doivent vous alerter.

comportement chien malade

Chien malade : un changement d’attitude soudain

Le comportement du chien malade n’est pas le même que celui qu’il adopte habituellement. En effet, le chien malade aura tendance à modifier soudainement son attitude. Plusieurs éléments peuvent vous mettre la puce à l’oreille. Découvrons ensemble lesquels.

Comportement de chien malade : Une modification des habitudes alimentaires

Habituellement, votre chien a bon appétit. Il attend chaque jour avec impatience sa ration quotidienne, et déguste joyeusement son assiette jusqu’à la dernière miette. Cependant, depuis quelques jours, il ne semble plus porter d’intérêt à la nourriture.

Cette situation peut être le comportement d’un chien malade. En effet, une baisse, voir une absence totale, et durable d’appétit chez le chien est un symptôme inquiétant. Si votre petit compagnon boude sa gamelle régulièrement, une visite chez le vétérinaire s’impose.

Bien sûr, avant de vous affoler, demandez-vous si vous n’avez rien changé à ses habitudes alimentaires. Le chien est assez sensible à la régularité. Il aime avoir ses petites habitudes. Si vous avez modifié son alimentation, ou l’heure de son repas, il est possible qu’il soit perturbé.

Cependant, si absolument rien n’a changé, mais que votre ami à poils continue à refuser les aliments, un trouble de santé est à évoquer. Par exemple, dans le cadre de certaines maladies dentaires, ou abdominales, le chien refuse de manger.

Comportement de chien malade : Des troubles du sommeil

Depuis quelque temps, votre chien rencontre des difficultés à s’endormir, ou, à l’inverse passe sa journée à dormir. Ces troubles du sommeil interviennent sans aucune modification de son environnement. Si tel est le cas, il est possible qu’il souffre d’une maladie canine.

Dans le cadre de troubles physiques, le chien peut parfois être très fatigué, au point de dormir beaucoup plus que d’habitude. Au contraire, certaines maladies du chien sont douloureuses, et empêchent alors votre petit compagnon de se laisser aller au sommeil.

Quoi qu’il en soit, un changement brutal d’habitudes du sommeil peut être le signe d’un chien malade. Face au moindre doute, n’hésitez pas à consulter un professionnel de santé. Lui seul sera en mesure d’établir un diagnostic précis.

Comportement de chien malade : une régression dans la propreté

Votre chien est propre depuis plusieurs mois, voir même plusieurs années. Pourtant, du jour au lendemain, il se remet à faire ses besoins dans la maison. Si cette attitude peut avoir différentes causes psychologiques, elle peut aussi correspondre au comportement de chien malade.

Une régression dans la propreté chez le chien peut être induite par des troubles urinaires, des troubles nerveux, des douleurs, ou encore des problèmes digestifs. Si votre chien s’oublie régulièrement, et que ce n’est pas dans ses habitudes, cela doit attirer votre attention.

Notez, à l’inverse, que si votre animal présente des difficultés à uriner, ou à déféquer, cela peut aussi être un signe de chien malade. Il peut même s’agir d’une urgence vétérinaire. Soyez donc vigilant concernant la manière dont votre chien fait ses besoins.

Un comportement agressif ou prostré

L’attitude d’un chien malade se perçoit généralement dans les actes du quotidien. Si votre chien, de nature sociable, et enjoué, reste prostré dans son coin, le regard amorphe, c’est qu’il y a un problème. Il en va de même s’il devient soudainement agressif.

Par exemple, dans le cas d’un chien malade, il n’est pas rare que ce dernier ait mal quelque part. Si bien que dès que quelqu’un touche, ou simplement s’approche de trop près, il montre les dents. Il s’agit tout simplement d’un réflexe de défense pour éviter de souffrir.

Un animal qui se renferme sur lui-même peut aussi être en proie à des douleurs, ou tout simplement se sentir mal au point de délaisser ses activités quotidiennes. La situation pourrait être comparable à celle d’un être humain qui a de la fièvre, et qui préfère rester au lit.

Des gémissements à répétition

Les gémissements font partie des moyens de communication du chien. Ils peuvent avoir différentes significations. Si parfois les gémissements sont simplement un moyen pour le chien de faire part de son anxiété, de sa curiosité, ou de son impatience, ils peuvent aussi être un signe de douleurs.

Un chien qui gémit à répétition, ou qui gémit systématiquement dans une situation physique spécifique est généralement le comportement du chien malade. En cas de gémissement intempestif, ne laissez pas votre chien souffrir, mais emmenez-le consulter un vétérinaire.

chien malade

Maladie du chien : les signes physiques qui alertent

En dehors d’un changement soudain de comportement, des signes physiques peuvent aussi apparaître chez le chien malade. Ces derniers doivent absolument vous alerter, et, en fonction de leur gravité, nécessitent une consultation rapide, voir en urgence, chez le vétérinaire.

Une perte de poids inexpliquée

Tout amaigrissement soudain chez le chien peut être le signe d’une maladie canine. Bien sûr, en fonction des saisons, comme de son alimentation, le poids de votre animal peut varier. Cependant, un chien qui maigrit de manière brutale et importante doit mettre la puce à l’oreille.

La perte de poids chez le chien malade peut être engendrée par les troubles alimentaires. Elle peut aussi provenir d’un dysfonctionnement du métabolisme lié à des vers intestinaux, une maladie rénale, une tumeur, ou encore un trouble digestif empêchant l’absorption optimale des aliments.

Du sang dans les selles

L’état des selles de votre chien en dit beaucoup sur son état de santé. Plusieurs signes doivent vous alerter. Le premier est la présence de sang dans les selles. Le sang dans les selles peut être le symptôme d’un chien malade. Il faut donc apprendre à le reconnaître.

Quand les selles sont rouges, le maître perçoit facilement le sang. Cependant, il faut aussi savoir que les selles noires sont inquiétantes. En effet, les selles noires mettent généralement en avant la présence de sang digéré, donc issu de la partie haute du système digestif.

Notez que le sang dans les selles peut être dû à des pathologies bénignes, telles qu’une affection parasitaire, une maladie infectieuse, ou une intolérance alimentaire, mais également à des maladies plus graves comme une tumeur rectale.

Une démarche boiteuse

Une démarche anormale chez le chien peut révéler une pathologie canine. En effet, lorsqu’un chien boîte, c’est généralement qu’il a mal quelque part. La plupart du temps, la douleur est localisée au niveau de l’une de ses pattes, ou de son train arrière, ce qui l’empêche d’avancer correctement.

Un chien qui boite peut donc s’être simplement blessé, mais aussi souffrir de maladies plus inquiétantes telles qu’une dysplasie des hanches, une maladie de lyme, ou une tumeur osseuse par exemple. Seuls des examens complémentaires pourront vous en dire plus.

La position de la prière

Il peut arriver que certains maîtres observent leur chien prendre une position inhabituelle. Au premier abord, cette dernière peut même sembler drôle, ou insolite. Pourtant, elle peut, en réalité, être le comportement d’un chien malade.

Une posture en particulier met en avant un problème de santé canin. Il s’agit de la position dite « position de la prière ». Le chien reste debout sur ses pattes arrières, mais abaissent ses pattes avant au sol, de manière à lever ses fesses vers le haut.

Cette position est généralement adoptée par le chien lorsque ce dernier a mal au ventre. Elle peut donc être le signe d’une pathologie abdominale. Si votre petit compagnon prend régulièrement cette étrange position, n’hésitez pas à consulter pour éliminer une éventuelle maladie.

Un léchage excessif

Parmi les différents comportements de chien malade, on retrouve également le léchage excessif. Il est naturel qu’un chien se lèche de temps en temps. Le léchage chez le chien existe pour diverses raisons telles que l’hygiène, le stress, ou encore l’ennui.

Cependant, quand ce dernier devient excessif, il peut mettre en lumière une pathologie. En effet, quand un chien se lèche à répétition, cela signifie que quelque chose le dérange. Il peut s’agit notamment d’une douleur, ou d’une sensation désagréable.

Le comportement du chien malade relève avant tout d’un changement d’attitude brutal, et radical. Quel que soit le domaine touché, un chien qui n’agit pas comme d’habitude, sans raison apparente, souffre peut-être d’une pathologie canine. En complément, plusieurs symptômes physiques sont révélateurs d’un trouble de santé chez le chien. Il est donc important d’observer attentivement, et régulièrement, votre petit compagnon !

Nous vous conseillons également notre article sur les chiens qui mangent de l’herbe.

Chien qui baille : les différentes interprétations possibles

Le baillement est un réflexe archaïque qui existe chez de nombreux êtres vivants. Observer un chien qui baille est quelque chose de courant. Il est même probable que vous ayez déjà vu votre petit compagnon le faire régulièrement. Notez que le baillement du chien peut avoir différentes significations. On fait le point dans cet article.

chien qui baille

PS : Vous souhaitez un chien propre et obéissant ? Offrez-lui le meilleur grâce à cette méthode structurée qui vous propose de l’éduquer en seulement 15 minutes par jour. C’est un best-seller conseillé par tous les éducateurs canins. Cliquez ici pour la découvrir ! 

Chien qui baille : expression de fatigue ou d’ennui

Il ne faut parfois pas chercher midi à 14 heures. La première interprétation possible du baillement chez le chien est ni plus ni moins la fatigue. Exactement comme les êtres humains, nos amis à poils baillent lorsqu’ils sont fatigués, ou même lorsqu’ils s’ennuient. Si vous observez votre chien bailler tranquillement dans son panier, après une journée mouvementée, il est fort probable que ce soit simplement un signe d’épuisement. Ce type de baillement canin intervient généralement dans une situation de détente. Dans le même registre, un chien qui baille peut exprimer une forme de lassitude, ou d’ennui. Par exemple, il est possible de voir votre chien bailler au milieu de l’après-midi, avachi sur le canapé, pour la simple et bonne raison qu’il ne sait pas quoi faire d’autres.

Baillement du chien : un signal d’apaisement

En d’autres circonstances, le baillement du chien peut avoir des significations plus importantes. Un chien qui baille émet parfois un signal d’apaisement. Chez le chien, les signaux d’apaisement sont des moyens de communication très importants à prendre en compte.

Chien qui baille face à une situation dérangeante

Un chien qui baille peut exprimer une situation qui le dérange. Même si cela n’est pas toujours perceptible à l’homme, plusieurs choses peuvent rendre un chien anxieux. Par exemple, il peut s’agir de caresses d’un inconnu, , ou d’une personne trop autoritaire. Quoi qu’il en soit, le chien perçoit une menace potentielle. Face à cette situation, l’animal a généralement deux solutions : agresser, ou fuir. Le baillement est une alternative à ces deux options. Il permet au chien de s’apaiser plutôt que d’agir. Généralement, en ces circonstances, le baillement peut s’accompagner d’autres signaux. Si votre chien baille, détourne le regard, et se lèche les babines, c’est trop probablement parce qu’il est stressé. Il est donc préférable de cesser immédiatement l’objet du stress. Il est important de réagir, car le baillement canin peut être un premier signe avant un comportement agressif. Soyez particulièrement vigilant si cela arrive au contact d’enfants. Pour permettre à votre animal de retrouver son calme, n’hésitez pas à lui proposer de s’isoler.

Bailler pour apaiser les conflits

Le baillement chez le chien est également un code de communication avec ses congénères. Lorsque deux chiens sont en contact, il peut arriver que l’un d’entre eux se mettent à bailler. Cela signifie qu’il cherche à s’apaiser, et apaiser la situation. Par exemple, si un autre chien joue trop brutalement avec lui, ou encore le renifle à répétition, il est possible que votre chien n’apprécie pas. Au lieu d’entrer directement au conflit, il préférera prendre sur lui, et envoyer à l’autre des signes de paix. Notez que le baillement canin n’est pas forcément un signe de soumission. Il s’agit plutôt d’un signe de pacification des relations. Par exemple, un chien dominant peut bailler pour exprimer à l’autre qu’il n’a rien à craindre vis-à-vis de lui.

baillement chien

Chien qui baille pour canaliser les tensions

Le baillement du chien peut également lui permettre de gérer ses émotions au quotidien. Qu’il s’agisse du stress, de l’impatience, ou de la frustration, un chien qui baille cherche à se maîtriser, et permettre à la situation de se dérouler au mieux. Par exemple, un chien qui a faim, et qui attend sa gamelle peut bailler pendant qu’il vous regarde la préparer. Pour lui, c’est tout simplement le moyen de canaliser son impatience, et de réussir à attendre sans agir de manière surexcitée. De même, il arrive que votre chien baille lorsqu’il ne comprend pas ce que vous attendez de lui, et qu’il reçoit trop d’ordres en même temps. Un chien qui baille peut aussi le faire en réponse aux émotions négatives qu’il perçoit à son égard chez son maître. Cela s’observe fréquemment dans les cours d’éducation canine. Un maître crie sur son chien, en voyant qu’il n’agit pas comme il l’aurait souhaité. Le chien cesse alors toute activité, semble même stoïque, le regard dans le vague, et baille à répétition.

Le baillement canin en réponse au baillement humain

Il peut arriver que votre chien baille juste après vous. Il ne s’agit pas d’une coïncidence. La légende raconte qu’un baillement en entraîne un autre. D’ailleurs, chez l’homme, il est fréquent d’observer que quelqu’un baille dans un lieu public, d’autres personnes l’imitent inconsciemment. Chez le chien, il y a tout de même quelques nuances à apporter. Les dernières études démontrent que l’animal ne baille pas pour imiter l’homme, mais plutôt par « empathie » à son égard. Autrement dit, le bien-être du maître entraîne le bien-être du chien. Le lien entre baillement du chien et baillement de l’homme est donc avant tout d’ordre affectif. Un chien ne réagira pas de la même façon si c’est un inconnu qui baille, ou son maître. L’action d’imitation existe avant tout parce que le chien aime son humain référent.

Le baillement du chien pathologique

Vous l’aurez compris, le baillement du chien est, dans la plupart des cas, un comportement parfaitement naturel, et même indispensable à la communication. Il existe cependant certaines rares situations où le baillement canin est signe d’une pathologie comportementale ou clinique. Si votre chien baille de manière excessive au quotidien, il est toujours préférable d’y porter une attention particulière. En effet, cela peut évoquer un trouble du comportement, ou une maladie.  Face au moindre doute, n’hésitez pas à en parler à votre vétérinaire.

L’hyper-anxiété

Si votre chien baille à répétition durant une longue période de temps, il est possible qu’il souffre d’hyper-anxiété. Si n’importe quel animal peut se montrer anxieux face à certaines situations, l’hyper-anxiété, elle se caractérise par un stress démesuré, et très fréquent. Le chien hyper-anxieux peut alors développer une hypervigilance, qui se traduit par des aboiements intempestifs, voir de l’agressivité. Il peut également se montrer particulièrement craintif, se replier sur lui-même, et modifier ses habitudes alimentaires, ou de sommeil. Ce sont l’association de ces différentes signes qui peuvent vous mettre la puce à l’oreille. Face à l’hyper-anxiété, il est important de ne pas traiter seulement les symptômes, mais aussi la cause profonde du trouble. Faire appel à un éducateur canin est une solution.

Le syndrome HS HA

Le syndrome d’hypersensibilité-hyperactivité, appelé syndrome HS HA, peut également être à l’origine de baillements canins intempestifs. Ce trouble comportemental implique chez votre animal un déficit d’attention, et une sur-réaction à son environnement. Le chien HS HA est également souvent perpétuellement en mouvements, et dispose d’un grand besoin de se défouler. Pour se canaliser, certains animaux n’hésitent pas à bailler de manière excessive. Le baillement à répétition peut donc révéler un syndrome HS HA.

Les causes physiques

Plusieurs troubles physiques peuvent aussi engendrer un baillement du chien excessif. Parmi ces derniers, on retrouve les lésions nerveuses, les déséquilibres hormonaux, la luxation de la mâchoire, une inflammation des vertèbres cervicales, ou encore la prise de certains médicaments. Ces différents maux nécessitent d’être pris en charge. Seul un professionnel en santé canine est apte à déterminer avec précision une telle pathologie chez votre animal. Il est donc préférable d’éviter les auto-diagnostiques, et de confier cette tâche à un vétérinaire compétent. En de nombreuses circonstances, le baillement canin est un processus physiologique naturel. Il vous suffit de porter attention au contexte dans lequel il intervient pour en comprendre le sens. Un chien qui baille ne doit cependant nullement vous inquiéter. Par contre, en cas de baillements intempestifs, associés à d’autres symptômes, une attention particulière est requise. Nous vous conseillons également notre article sur les comportements canins.

Socialisation du chien : éviter les troubles futurs

C’est officiel, votre petit compagnon à poils vient d’arriver à la maison ! Sans aucun doute, c’est le début d’une belle relation qui s’annonce. Cependant attention, la socialisation du chien n’est pas quelque chose d’innée. Au contraire, permettre à son animal d’adopter un comportement équilibré nécessite quelques bases en éducation canine et en dressage. Dans cet article, on fait le point ensemble sur les bonnes pratiques à adopter pour socialiser son chien.

socialisation chien

PS : Vous souhaitez un chien calme et propre ? Nous vous proposons une méthode structurée et détaillée qui vous permettra de l’éduquer en seulement 15 minutes par jour. C’est un best-seller conseillé par tous les éducateurs canins. Cliquez ici pour la découvrir ! 

Pourquoi la socialisation du chien est importante ?

Le chien vit en société

Le chien, exactement comme vous, évolue au sein d’une société. Qui dit société dit vie en collectivité. Dans un groupe, nul ne peut faire ce qu’il a envie. Il est indispensable de respecter certaines règles pour préserver le bien-être de chacun.

De base, un chien ne dispose pas des mêmes codes sociaux qu’un homme. Ce qui pour vous peut sembler évident, ou naturel, ne l’est pas pour votre animal. Votre rôle est donc de lui permettre de comprendre, et se soumettre à ces règles qui lui sont étrangères.

Socialiser son chien permet non seulement d’assurer la sécurité des autres, mais également d’assurer la sécurité de son animal. C’est également le moyen de s’éviter de nombreux ennuis au quotidien, et de vivre plus sereinement avec les autres.

Manque de socialisation du chien : quels sont les signes ?

De nombreux chiens manquent de socialisation. Ils développent alors certains troubles du comportement. Comment les repérer ? Plusieurs signes vous mettront la puce à l’oreille.

L’agressivité

Le premier signe est l’agressivité. Un chien régulièrement agressif avec les humains, ou avec ses congénères, est un chien mal sociabilisé. En effet, lorsqu’un chien mord, c’est souvent pour se défendre de ce qu’il perçoit comme une menace.

Le sentiment premier est donc la peur. Un chien qui a peur des autres est un chien qui peut devenir agressif. L’agressivité peut aller jusqu’à la morsure. La socialisation du chien est donc indispensable pour éviter qu’un animal devienne dangereux pour les autres.

Les aboiements intempestifs

Les aboiements intempestifs chez le chien sont également un signe du manque de sociabilisation. Aboyer fait partie de la communication canine. Quand un animal aboie face au moindre bruit, ou au moindre mouvement, il manifeste son anxiété vis-à-vis de la situation.

Socialiser son chien est indispensable pour lui permettre d’aborder sereinement différentes situations du quotidien. Un chien sociabilisé est un chien qui n’est pas stressé par les contextes du quotidien, et qui ne ressent donc pas le besoin d’aboyer en permanence.

La prostration

Un chien qui manque de socialisation peut également manifester sa peur par la prostration. Autrement dit, il a tendance à fuir les autres, et se replier sur lui-même. Si votre animal reste dans son coin, fuit les contacts physiques, place sa queue entre les jambes, ou encore tremble dès qu’il est au contact des autres, il est probable qu’il soit mal sociabilisé.

Face à une menace potentielle, deux réactions sont possibles chez l’homme, ou l’animal : l’attaque, ou la fuite. Si votre chien n’est pas agressif, il peut montrer son stress en restant prostré. Cette situation, bien que moins dangereuse, n’en reste pas moins problématique. Elle peut d’ailleurs, un jour, aboutir à de l’agressivité, sans que vous vous y attendiez.

Socialiser son chien : tout se joue les premiers mois

Offrez-lui une grande diversité d’expériences

Durant sa première année de vie, le chien se montre particulièrement curieux. Il est ouvert à vivre de multiples expériences. Bien sûr, il dispose déjà de certains traits de caractère inné. Cependant, il bénéficie également d’un terrain d’acquisition totalement neutre. En fonction des expériences primitives vécues, ce dernier se modifiera, et forgera ses habitudes futures.

Il est donc capital de profiter de ces premiers instants pour socialiser son chien. Autrement dit, n’attendez pas que votre petit compagnon grandisse pour lui permettre de rencontrer d’autres êtres humains, ou d’autres animaux. Au contraire, c’est dès les premiers mois qu’il faut impacter positivement sur la sociabilisation du chien.

Ce travail de socialisation canine passe par divers actes du quotidien. Par exemple, emmener son chien partout avec soi est un bon moyen de le familiariser avec différents environnements. Une course à la pharmacie du coin, une balade au parc, une randonnée en forêt, ou encore une invitation chez le voisin, dès que possible, permettez à votre animal de vous accompagner !

En tant qu’humains, nous ne nous en rendons pas toujours compte, mais les bruits qui nous entourent sont nombreux. Entre moteur d’une voiture, coup de klaxon, bruits de pas, tonnerre, sonnette, musique, rires, feux d’artifice… tout ce qui nous semble banale ne l’est pas pour votre chien. Il est donc important de le familiariser au plus tôt avec ces différents sons.

Veillez au bon déroulement des premiers contacts

Bien sûr, il ne s’agit pas de lâcher son chiot dans la nature, sans lui assurer la moindre protection. Au contraire, puisque les premières expériences forgent le comportement de votre animal, il est indispensable qu’elles soient positives. La socialisation du chien nécessite de lui montrer que le monde extérieur n’est pas un danger, afin qu’il l’appréhende de la meilleure des façons.

Au contraire, si votre nouveau copain à poils vit des expériences traumatiques, il risque de craindre ces mêmes situations pour le reste de sa vie. Ainsi, il faut veiller à ce que les premiers contacts entre votre chien et les autres se déroulent sereinement. L’objectif est de lui montrer qu’il s’agit d’une expérience agréable, qu’il pourra renouveler sans crainte.

Les présentations entre votre chien et les autres doivent donc être rigoureusement cadrées par vos soins. Choisissez des contextes favorables, et des personnes avec lesquelles vous savez d’avance

que la rencontre se passera bien. Tout au long du contact, gardez un œil sur les uns et les autres, de manière à pouvoir intervenir rapidement face au moindre problème.

Laissez le découvrir par lui-même

Attention tout de même, la vigilance n’est pas synonyme de surprotection. Un chien sociable est avant tout un chien qui a fait ses propres expériences. Si vous l’empêchez d’appréhender les situations par lui-même, vous risquez de ne jamais lui permettre de trouver ses propres repères. Le chien sera alors rapidement stressé, et dépassé, sans votre intervention.

Pour sociabiliser son chien, il est indispensable de le laisser aller vers les autres, sans projeter de la peur sur lui. Par exemple, lorsque vous croisez un autre chien dans la rue, rien ne sert de prendre votre animal systématiquement dans les bras. En agissant de la sorte, vous ne lui permettez pas d’apprendre le langage canin. Les chiens, entre eux, utilisent divers signaux pour se comprendre. Ainsi, chacun respecte le périmètre de sécurité de l’autre, ce qui prévient les conflits.

Montrez l’exemple

Dès son arrivée dans le foyer, n’oubliez pas que vous représentez un modèle pour votre chien. En effet, ce dernier vous perçoit comme une référence. Il calque alors ses émotions, et parfois même son comportement sur le vôtre. Un chien est une véritable éponge. Il a tendance à facilement ressentir le malaise, même non-dit, d’une situation.

Pour sociabiliser son chien, il est donc très important de lui montrer le bon exemple. Si vous-même, vous perdez le contrôle, votre chien aura toutes les raisons de s’inquiéter. Il est donc capital de rester calme, et sur de soi, en toutes circonstances. De même, gardez de la logique, et de la fermeté dans les ordres que vous lui donnez.

En résumé

Vous l’aurez compris, la sociabilisation du chien est indispensable à son équilibré, comme à son insertion dans la société. Il est important de travailler la socialisation canine dès les premiers mois, afin d’éviter des troubles du comportement futurs. Il est également possible de socialiser un chien adulte, cependant la démarche s’avérera plus longue, et plus complexe. En cas de problème, n’hésitez pas à faire appel à un éducateur canin et pour aller plus loin dans l’éducation de votre chien.

Mon chien claque des dents sans raison : nos conseils

Parfois, un chien peut claquer des dents et cela peut vous inquiéter. D’autant plus qu’on ne connait pas toujours toutes les raisons qui le poussent à le faire. Dans cet article, nous les passons en revue et les expliquons.

Le mécanisme qui conduit votre chien à claquer des dents

Lorsque le chien claque des dents, c’est souvent parce qu’il est anxieux. Comme pour les hommes, le claquement de dents du chien se manifeste par la contraction rapide et alternée des muscles de la mâchoire.

Raison n° 1 : Mon chien claque des dents parce qu’il a froid

Votre chien peut claquer des dents parce qu’il ressent une sensation de froid. Si la température ambiante avoisine les 0 degré, il n’y a pas de quoi s’inquiéter : c’est une réaction normale de l’organisme qui vise à maintenir son corps à la bonne température.

En revanche, si la température ambiante est au-dessus de 13 degrés (qui est une bonne température pour la plupart des chiens), commencez à vous poser des questions, car le chien ne devrait pas trembler dans ces conditions.

En effet, cela peut être dû à un poil de mauvaise qualité qui ne lui permet pas de se protéger correctement du froid, à de la fièvre, à un problème de dérégulation de son organisme ou à une quantité insuffisante de graisse l’empêchant de s’isoler du froid.

Dans les cas mentionnés, consultez un vétérinaire pour régler le problème.

Raison n° 2 : Votre chien a peur

Une autre raison qui pousse les chiens à claquer des dents est la peur. Lorsqu’ils ressentent quelque chose d’intense, les chiens font de nombreux mouvements inconscients tels que le plaquage des oreilles ou l’abaissement de la queue.

Le claquement de dents du chien fait partie de ces choses faites inconsciemment par votre chien lorsqu’il a peur.

Si vous remarquez ces signes au quotidien alors qu’il n’y a aucun danger, cela devrait vous alerter. Consultez un vétérinaire pour sonder le comportement du chien et comprendre l’origine de ses inquiétudes.

Raison n° 3 : Votre chien est excité

Le chien peut aussi claquer des dents parce qu’il est excité ou parce qu’il est impatient de pratiquer une activité qu’il aime. Les raisons de l’excitation peuvent être diverses. Il peut être dans cet état à cause de votre arrivée ou celle d’un proche, par la présence d’un élément nouveau dans la maison, par une séance de jeu, par des retrouvailles avec un autre chien, etc. À part les claquements de dents, d’autres signes traduisent l’état d’excitation comme ses divers mouvements, ses aboiements, ses courses ou ses sauts.

Lorsqu’elle est fréquente, l’excitation peut vous inquiéter, mais de nombreux spécialistes s’accordent pour dire qu’elle est normale, surtout chez le chiot et le jeune chien. Cependant, cet état devient préoccupant lorsque le chien est adulte et qu’il est tout de même difficile à contenir. Dans ce cas, n’hésitez pas à consulter un vétérinaire.

Le claquement de dents du chien : un moyen de communication

Le claquement de dents, au même titre que les aboiements ou les sauts permettent au chien de communiquer avec vous ou avec les autres chiens, et ce même s’il le fait de manière inconsciente. Cette attitude donne des indices et renseigne sur les sentiments de votre compagnon.
On peut donc conclure que ce comportement fait partie des moyens de communication sonore de l’animal.

Raison n° 4 : Mon chien claque des dents parce qu’il perçoit des phéromones

Une autre raison pour laquelle un chien claque des dents est la perception de phéromones. Ces derniers jouent un rôle très important dans la vie des chiens, notamment en période de reproduction. De plus, les phéromones sont aussi un moyen de communication entre les chiens dans leurs activités de groupe. N’oubliez pas que le chien est avant tout un animal social.

Le chien utilise un organe spécifique pour percevoir les phéromones. Pour les acheminer jusqu’à cet organe, le chien peut avoir un comportement « étrange » qu’on appelle couramment flehmen. Il pourra par exemple aspirer de l’air, renifler les urines des chiennes en chaleur ou claquer des dents.

Raison n° 5 : Il claque des dents pour attirer votre regard

Si votre chien remarque que lorsqu’il claque des dents, vous lui portez de l’attention ou lui faites des caresses. Il se mettra à reproduire ce comportement de manière systématique lorsqu’il ressentira un besoin de tendresse.

Par exemple, cela peut arriver lorsqu’il claque des dents à cause du froid et que vous essayez de le réchauffer en le câlinant. Sans le vouloir, vous renforcez ce comportement en le récompensant. Nous abordons cela dans d’autres articles sur le dressage de chiens.

Les claquements de dents du chien : un signal d’alarme

Les claquements de dents du chien : un signal d’alarme

Si votre chien claque des dents, cela peut être le signe d’un problème de santé directement lié aux dents du chien comme la parodontale.

C’est pour cela que nous vous recommandons de bien brosser les dents de votre chien, le plus régulièrement possible. Durant ce rituel, veillez à inspecter sa gueule pour vérifier qu’il n’a pas de problèmes dentaires.

Le claquement de dents peut aussi être un symptôme mettant en évidence l’épilepsie. Sachez que les cas sont plus nombreux chez les chiens que chez les humains.

Soyez attentif aux claquements de dents de votre chien

Le claquement de dents est un comportement qui peut avoir plusieurs significations assez difficiles à distinguer les unes d’entre elles.

C’est donc à vous de prêter attention à votre chien pour comprendre si son claquement de dents est une réaction normale ou le signe que quelque chose ne va vraiment pas.

Si vous avez le moindre doute, nous vous invitons à consulter un vétérinaire.

En résumé

  • Le chien peut claquer des dents par peur, par excitation ou parce qu’il a froid
  • Le claquement des dents est un moyen de communication comme un autre pour le chien. Ce sont comme des signaux sonores.
  • L’excitation est normale, mais devient inquiétante lorsque le chien est adulte et reste difficile à canaliser.
  • Le claquement de dents peut être tout simplement un moyen pour le chien d’attirer votre attention.
  • Le chien peut claquer des dents sous l’effet des phéromones. De plus, il aura un comportement particulier appelé flehmen.
  • Le claquement de dents est un comportement subtil qui peut avoir différentes implications. À vous de savoir faire preuve de discernement et de réagir comme il faut, selon le contexte et la situation.

Chien qui tire la langue : les raisons concrètes

Un chien qui tire la langue de temps en temps est un chien tout à fait sain. Il utilise cette partie de son corps pour réguler sa température. Ainsi, si votre chien tire parfois la langue, il n’y a pas matière à s’inquiéter. Toutefois, si vous le voyez tirer la langue trop souvent pour un oui ou pour un non en toutes circonstances, cela devrait vous alerter.

Voyons ensemble les différentes raisons qui poussent un chien à tirer la langue.

chien qui tire la langue

PS : Vous souhaitez un chien propre et obéissant ? Offrez-lui le meilleur grâce à cette méthode structurée qui vous propose de l’éduquer en seulement 15 minutes par jour. C’est un best-seller conseillé par tous les éducateurs canins. Cliquez ici pour la découvrir ! 

Un chien qui tire la langue, c’est souvent un chien qui a chaud

Comme nous le disions en introduction, un chien qui tire la langue le fait dans la majorité des cas pour réguler la température de son corps. De fait, s’il a fait de l’exercice physique ou qu’il fait chaud dehors (en été par exemple), sa température interne pourrait augmenter et passer au-dessus de la normale pour le chien : 38 – 38,5 C°. Des stratégies sont alors mises en œuvre par son organisme pour conserver la bonne température.

Le chien contrairement à l’homme ne peut pas compter sur le phénomène de transpiration pour évacuer la chaleur. En effet, il n’a que très peu de glandes sudoripares chargées de l’évacuation de la sueur. Tandis que l’homme en possède sur tout le corps, les chiens n’en ont qu’un nombre restreint sur la surface des coussinets.

Pour cette raison, les chiens utilisent une autre stratégie, le halètement. Lorsque le chien à chaud, son rythme respiratoire s’accélère afin d’évacuer l’air chaud de son organisme et de le remplacer par l’air extérieur, plus frais.

En tirant la langue, le chien augmente la surface d’échange avec l’air frais extérieur. Par ce procédé, la langue va refroidir le sang qu’elle contient au contact de l’air. Ce sang se répandra ensuite dans tout le système circulatoire, rafraichissant de fait l’ensemble de l’organisme.

Sachez que certains chiens ne sont pas habitués à la chaleur et peuvent haleter plus fort que la normale en cas de hausse des températures. De plus, certaines races sont plus adaptées aux températures chaudes que d’autres.

Note : Veillez à toujours lui mettre de l’eau fraiche à disposition et à essayer de refroidir la température de la maison durant l’été (climatisation, ventilateur).

Chien qui tire la langue : Une mâchoire trop courte

Un chien qui tire la langue peut également avoir du mal à la contenir avec sa mâchoire. Cela s’explique par le fait que certains chiens comme les bulldogs ont une mâchoire inférieure plus courte que la mâchoire supérieure. La langue est donc sortie en permanence chez ces chiens : pas de quoi vous inquiéter.

Autres raisons pour lesquelles un chien peut tirer la langue

Lorsqu’il sait qu’il va manger

Tirer la langue est aussi une manière pour le chien de se mettre en condition avant de manger. De fait, il se mettra parfois à tirer la langue à la présentation de sa gamelle aux heures des repas.

Votre chien a perdu ses dents

Votre chien peut également tirer la langue, car il a perdu certaines de ses dents qui contribuent à garder sa langue dans sa bouche. Il n’est donc pas rare d’observer des chiens qui tirent la langue parmi les plus vieux chiens.

Votre chien dort

Il est normal que certains chiens tirent la langue en dormant. En relâchant les muscles de leur mâchoire lorsqu’ils se détendent, la langue finit parfois par sortir.

Doit-on s’inquiéter pour un chien qui tire la langue ?

Si votre chien tire la langue pour des raisons différentes de celles qui ont été évoquées dans l’article, il peut souffrir d’un traumatisme et il est dans ce cas nécessaire de consulter votre vétérinaire.

En résumé

Un chien qui tire la langue le fait :

  • Principalement parce qu’il a chaud
  • Parce que sa mâchoire ne peut pas la contenir
  • Car il perd ses dents
  • Parce qu’il se prépare à manger