Jouer avec son chien : nos exemples d’activités

Vous voulez commencer à jouer plus souvent avec son chien ? C’est une excellente idée. Les animaux adorent ces moments de partage avec leur maître. Ces petits instants créent des souvenirs inoubliables pour tout le monde.

Savez-vous réellement comment jouer avec votre chien ?

Dans cet article, nous vous donnerons les avantages, ainsi que les techniques clés pour jouer avec son chien. Enfin, nous vous indiquerons les choses à ne surtout pas faire.

Les avantages de jouer avec son chien

Avantage n° 1 : Jouer avec son chien pour renforcer votre amitié

Grâce au jeu, vous allez pouvoir grandement améliorer les relations que vous entretenez avec votre chien. En effet, il vous associera à une émotion positive. Prenons l’exemple du « rappel aux pieds ». Si vous appelez votre chien, il aura le choix entre vous et les milliers de délicieuses odeurs inconnues qui l’attendent dans la nature.

Si pour lui, vous êtes associé à une sensation positive (une friandise ou des jeux), il reviendra plus facilement vers vous et avec plus d’enthousiasme. Ici, l’obéissance ne sera pas obtenue par crainte, mais par coopération.

Avantage n° 2 : Favoriser l’équilibre du chien

Le jeu favorise l’équilibre du chien en général. En effet comme tous les êtres vivants, ce dernier a des besoins primaires comme manger, boire ou dormir, mais ce ne sont pas les seuls. Le chien a également d’autres besoins qu’on aime appeler « besoins sociaux ». De ce fait, il aura besoin de contact avec d’autres chiens, de promenades en dehors de la terrasse durant au moins 30 minutes et de jeux.

Un chien a besoin de se bouger et de dépenser son énergie autant physiquement que mentalement. Cela favorise son équilibre et prévient certains troubles de comportements.

Avantage n° 3 : Canaliser votre chien

Chez AlphaChien, on dit souvent qu’un chien qui joue suffisamment est un chien qui dort bien. De plus, vous avez la possibilité de lui apprendre par le jeu à s’autocontrôler, à canaliser son énergie. Pour se faire, soyez à l’initiative du début comme de la fin du jeu. Si le chien commence à trop s’exciter ou dépasse les limites en vous mordillant, mettez tout de suite fin à la séance. À partir de la ignorez-le simplement pendant un temps. En agissant ainsi, vous lui ferez comprendre que son attitude dépassait vos limites et lui apprendrez à se contrôler. C’est un comportement qui fera résonnance dans l’esprit du chien, car sa mère adoptait le même lors des débordements de la fratrie de chiots.

Avantage n° 4 : Faire en sorte qu’il obéisse mieux

Comme nous le disions précédemment, on ne souhaite pas qu’un chien nous obéisse par crainte, mais par coopération. Il est donc préférable de lui apprendre des choses de manière ludique afin que le chien puisse associer l’apprentissage à quelque chose de positif. Les résultats seront beaucoup plus rapides de cette manière.

Sachez que différentes options s’offrent à vous pour l’utilisation du jouet :

  • L’utiliser comme un leurre pour dresser votre chien
  • S’en servir comme récompense après qu’il ait réalisé un comportement ou un tour que vous souhaitez

Jouer à la suite d’un comportement souhaité n’est pas toujours le plus efficace lors d’une séance d’apprentissage. En effet, le jeu interrompt l’apprentissage et va donc diminuer la concentration du chien. D’autre part, il faut que vous vous assuriez que le chien perçoit bien le jeu comme une récompense.

Nous conseillons de ne pas mélanger les séances d’éducation et de jeu, mais de les enchainer. Par exemple après un apprentissage demandant de la concentration, on fera jouer le chien, ce qui le laissera sur une émotion positive. Pour la récompense immédiate, on préfèrera les friandises et les caresses.

Maintenant que vous savez en quoi le jeu est bénéfique pour votre chien, voyons quel type d’activité ludique pour pouvez lui proposer.

Les différents types de jeu pour jouer avec son chien

Les jeux de recherche

De par leurs instincts et leur sens de l’odorat très développés, les chiens adorent pister, rechercher et trouver de petits trésors. Ils se dépensent aussi de cette manière et développent ainsi leurs sens (ici l’odorat de façon plus particulière). Profitez-en. Cachez de petites friandises dans la maison et incitez-le à les trouver.

Si c’est la première fois que vous faites ce type d’exercice avec votre chien, dirigez-le et accompagnez-le vers les cachettes pour qu’il comprenne ce que vous attendez de lui.

Les jeux d’obéissance

C’est avec cette discipline qu’on va pouvoir apprendre des tours à la fois compliqués et beaux à regarder au chien tels que faire le beau, tourner sur lui-même ou se cacher le museau. Certains ne voient pas l’intérêt de ces tours, à part pour épater la galerie. Nous pensons qu’ils améliorent la capacité de compréhension du chien. En effet, si votre toutou est capable de réaliser des actions complexes, il sera d’autant plus facile pour lui d’obéir aux indications simples telles qu’« assit » « couché » ou « au panier » qui sont essentielles.

De plus, vous dépensez votre compagnon physiquement et surtout mentalement. Cette discipline est accessible à tous les chiens et ne nécessite pas de matériel particulier comme pour les jeux d’agilité par exemple.

Les jeux d’agilité

Les jeux d’agilités sont idéaux pour maintenir un chien en bonne condition physique. Ils améliorent son endurance et ses capacités motrices. Sachez que les chiens sont capables de sauter haut et de courir très vite. Ainsi, si l’âge du chien le lui permet, laissez place à votre créativité et improvisez pour lui des parcours !

Utilisez des balais et des sceaux dans un premier temps pour lui faire pratiquer les sauts ou les slaloms. En effet, le matériel spécialisé peut s’avérer couteux pour un duo maître/chien qui débute à peine.

Toutefois, nous vous conseillons de faire appel à un professionnel de cette discipline dans un premier temps pour obtenir quelques bases ou bien de regarder quelques tutoriels vidéo sur YouTube. Quoi qu’il en soit, vous devez toujours respecter les possibilités de votre chien et ses capacités.

Les jeux de réflexion

Les jeux de réflexion permettent de développer l’intelligence du chien. Ils sont souvent en bois. Le principe est d’inciter votre compagnon à déplacer de petits morceaux de bois à l’aide du museau afin d’obtenir des friandises.

Soyez créatif afin de trouver toujours plus de façon de stimuler l’intelligence de votre chien.

Les jeux pour la gestion de l’état d’excitation

C’est le jeu du on/off. Ce jeu va vous permettre de conserver votre autorité même lorsque votre chien est dans un état d’excitation. Par exemple, vous pourrez calmer votre chien lors d’une rencontre avec l’un de ses congénères ou lors de l’arrivée d’invités chez vous.

Si vous avez déjà acheté un jeu en corde ou une ficelle, c’est parfait. Le principe du jeu est de l’exciter puis de le calmer lorsque vous le lui demandez. Prenez donc la corde, baissez-vous légèrement vers votre chien et demandez-lui de la prendre dans sa gueule. Redressez-vous ensuite et demandez-lui fermement de lâcher le jouet. S’il résiste, troquez le jouet avec un autre qui possède une valeur similaire à ses yeux.

À terme, vous pourrez même mettre la corde devant son museau et lui ordonner de ne pas la toucher. Cette manière de procéder va lui permettre d’apprendre à gérer ses états d’excitation sur demande.

Pour conclure, l’avantage principal de toutes ces techniques est qu’elles sont réalisables depuis chez vous. Elles sont particulièrement utiles si par exemple vous n’êtes pas souvent disponible pour emmener votre chien à l’extérieur. Elles sont aussi une excellente alternative par mauvais temps.

Jouer avec son chien : les choses à éviter et les précautions à prendre durant le jeu

Tous les jeux ne conviennent pas à tous les chiens. Au cas par cas, certaines activités et pratiques sont donc à proscrire.

  • Ne faites pas trop de jeux de lancer avec les chiens qui ont un fort instinct de chasse. Cela peut le renforcer de manière excessive et favoriser certains mauvais comportements.
  • Les jeux de lancer de pierre ou de bâtons peuvent lui détériorer la mâchoire, le palais ou casser ses dents. Préférez toujours une balle ou un jeu disponible dans les commerces pour le lancer.
  • Si vous jouez avec plusieurs chiens, faites attention à leurs capacités respectives pour que le partage du jouet entre eux soit juste et optimal, surtout s’il n’y en a qu’un seul. Les chiens aussi se disputent entre eux et l’activité pourrait être sujette à des débordements. Gardez donc l’œil ouvert.
  •  Si vous vous voulez faire du mordant avec votre chien, la loi est claire : seuls les titulaires d’un certificat dédié peuvent le pratiquer.
  • Ne jouez pas avec votre chien directement après les repas. Pour sa santé, attendez qu’il digère bien.
  • Si vous avez un gros chien, ne lui donnez pas de trop petits jouets qu’il risque d’avaler. A contrario si votre chien est petit, lui donner de trop grands jouets s’avérera contre-productif.
  • Comme nous le disions précédemment dans l’article, respectez toujours le rythme de votre chien. Vous ne jouerez pas de la même manière avec un chiot, un chien adulte ou un vieux chien qui n’ont pas la même endurance et condition physique.
  • Si votre chien s’excite trop ou dépasse les limites, mettez fin à la séance de jeu et ignorez-le simplement

Avec ces conseils, vous êtes fin prêts pour jouer avec votre chien. Nous vous souhaitons de partager de bons moments avec lui et de le dépenser comme il se doit !

En résumé

  • Jouer avec son chien est une excellente activité qui va créer de merveilleux souvenirs pour le chien comme pour le maître.
  • Les quatre principaux avantages du jeu sont l’amélioration de la complicité maître/chien, de son équilibre mental, la canalisation de son énergie par la mise en place de règle et plus d’obéissance.
  • Il y’a différents types de jeu à proposer à votre chien. Chaque catégorie de jeu permet d’améliorer une compétence de l’animal en particulier.
  • Certaines choses sont à éviter durant le jeu. Évitez le lancer de bâtons ou de pierre, respectez le rythme et l’endurance de votre chien et préférez ne pas le faire jouer tout de suite après les repas.

Voici d’autres activités à pratiquer avec votre chien :

La promenade

La cani-randonnée

Le treibball

L’obé rythmée

La course

Courir avec son chien : on vous apprend tout

Courir avec son chien ne se fait pas toujours en façon naturelle. En effet, certains duos maîtres/chien éprouvent des difficultés.

Parfois, le chien ou le maître n’ont tout simplement pas envie de courir. D’autres fois, ce sont les méthodes du maître qu’il faut améliorer.

En effet, des méthodes existent et vous verrez que ce n’est pas sorcier. Regardons ensemble les différentes solutions qui donneront envie à votre chien de se mettre à la course !

Courir avec son chien : que faire si il me saute dessus ?

Parfois, un chien peut sauter sur son maître, ce qui va gêner la course, car il deviendra difficilement contrôlable. Dans ce cas de figure, il est évident que votre chien déborde d’énergie. Toutefois, il va falloir que vous trouviez le moyen de le calmer.

Voyons ensemble les différentes solutions qui vous permettront d’y parvenir.

Solution n° 1 : Le dressage par l’expérience négative

Cela consiste à lui démontrer que ce n’est pas en sautant et en s’excitant qu’il obtiendra ce qu’il souhaite à savoir de l’attention, des caresses ou des réactions enthousiastes.

De ce fait, commencez par marcher relativement lentement puis commencez à courir. Lorsque vous remarquez qu’il s’excite, commence à vous sauter dessus, stoppez net la course ou ralentissez jusqu’à ce qu’il se calme. Vous lui faites comprendre ainsi qu’il est censé marcher à côté de vous et courir seulement lorsque vous le faites aussi.

Solution n° 2 : Lui tourner le dos

Si vous suivez régulièrement nos articles, vous n’êtes pas sans savoir que les chiens communiquent entre eux par divers moyens.

Quand deux chiens jouent entre eux, ils ont des « codes ». Par exemple, lorsque l’un des chiens veut temporiser l’autre et le calmer dans le jeu, il va lui présenter son postérieur, mettant une barrière entre lui et l’autre chien. Souvent, l’autre comprend directement le message.

Nous vous proposons de faire de même avec votre chien. Lorsqu’il commence à s’exciter et vous sauter dessus, tournez-lui le dos. Cela lui montrera que vous souhaitez qu’il calme ses ardeurs : testé et approuvé.

Solution n° 3 : Le faire bouger avant de courir

Si votre chien est du genre excité, vous avez également la possibilité de le faire se dépenser un petit peu avant de commencer à courir. Le laisser un petit peu en liberté et démarrer la course seulement une fois qu’il aura fait un peu de sport est une bonne solution.

Notez qu’il est très courant qu’un chiot soit excité et déborde d’énergie. C’est normal : c’est la fougue de la jeunesse !

Notez que d’autres activités telles que le dog dancing ou le treibball peuvent aussi aider un chiot à se canaliser.

Courir avec son chien : que faire si il ne court pas ?

La chose qu’il ne faut surtout pas faire est de forcer un chien à courir. Cette activité doit rester un plaisir pour lui comme pour vous et nous allons ici vous détailler les techniques qui vont lui faire aimer la course.

Le principe de l’éducation positive

Ce principe est essentiel et il vous faudra le comprendre, si vous désirez éduquer votre chien correctement. Le principe est de comprendre la motivation profonde de votre chien et d’en jouer pour le dresser de manière positive. Cette motivation peut être liée à une friandise, une caresse ou même un simple moment passé avec vous.

Quel rapport avec la course, me direz-vous. Ci-dessous, nous vous détaillerons diverses techniques d’éducation positives qui donneront plus envie à votre chien de courir.

Technique n° 1 : Placer une personne qu’il aime devant

La technique est simple : demandez à quelqu’un de votre entourage qui a une relation particulièrement forte avec votre chien de passer devant et de courir. Cela devrait donner envie à votre chien de le rejoindre et donc de courir. Si la simple présence de cette personne ne suffit pas, cette dernière peut également donner de la voix pour l’encourager, ce qui marche très bien également.

À force de courir, votre chien prendra du plaisir à se dépenser de la sorte et peu à peu, il n’aura plus besoin de personne devant pour se mettre à courir. N’oubliez pas d’encourager son comportement avec des caresses et des encouragements. Ici, l’objet de sa motivation est la personne qu’il aime.

Technique n° 2 : La technique de la carotte

Nous connaissons tous cette célèbre histoire de l’âne motivé à avancer par une carotte suspendue au bout d’une canne à pêche. C’est précisément cette technique que nous utiliserons ici.

Si en dehors de vous, personne dans votre entourage n’a de liens particuliers avec votre chien (c’est-à-dire que personne n’est capable de le motiver à courir par sa simple voix/présence). Alors vous pouvez utiliser une friandise.

Demandez à un ami de tenir une friandise ou un jouet et de courir devant votre chien et vous. Cela devrait le motiver à courir pour obtenir la récompense. Bien entendu, donnez-lui toujours l’objet de sa convoitise à la fin d’un effort pour que le chien continue à vous faire confiance.

L’objet de la motivation du chien : le jouet ou la friandise.

Technique n° 3 pour mieux courir avec son chien : Le rendre jaloux

Chez de nombreux chiens, l’envie de courir est instinctive. Il vous faudra donc être malin pour réveiller cet instinct. Nous entendons par là qu’une bonne solution pour motiver votre chien à courir et de lui montrer d’autres chiens en train de courir et de s’amuser avec leur maître pendant que lui est laissé de côté.

L’énergie déployée par les autres chiens devrait le titiller et réveiller ses instincts. Faites cela deux ou trois fois en l’attachant et lui montrant que d’autres chiens peuvent s’amuser en courant.

Faites-nous confiance. La fois suivante, il est fort probable qu’il ne fasse plus le difficile pour courir. Lorsqu’il courra pour la première fois après cela, n’oubliez pas d’encourager son initiative grâce au ton de votre voix et à vos caresses.

L’objet de la motivation du chien : La frustration liée aux bons moments passés par d’autres chiens.

Courir avec son chien : Que faire si il change de direction sans arrêt ?

Certains chiens lorsqu’on court avec eux nous passent devant et changent de direction, allant de gauche à droite. Cela est aussi très souvent observé lors de la marche en laisse. 

Ce comportement rend ces chiens imprévisibles et peut même être dangereux pour vous, car vous risquez de vous prendre les pieds dans la laisse.

Si vous observez cela chez votre chien, la solution est de courir pendant une certaine période en tenant la laisse à votre ceinture et en maintenant le chien sur le côté que vous souhaitez. Faites cela jusqu’à ce qu’il s’habitue et comprenne que c’est sa place définitive.
Si vous le voyez essayer de changer de côté, tirez la laisse pour que cela n’arrive pas.

Si vous décidez de le faire courir devant, soyez attentif à ses freinages brusques et à ses ralentissements. Si cela arrive, faites-lui comprendre que c’est dérangeant avec votre voix ou en le bousculant légèrement. Lorsqu’il repart, soyez encourageant avec lui : caressez-le et utilisez un ton enthousiaste pour le féliciter.

En résumé

  • Si votre chien vous saute dessus ou est trop excité, c’est à vous de donner le rythme et de temporiser la course.
  • Il est normal qu’un chiot déborde d’énergie, plusieurs activités existent pour l’aider à se dépenser.
  • Utilisez l’éducation positive pour motiver votre chien à courir, les techniques évoquées ci-dessus prennent en comptes diverses motivations telles que : l’amour, la gourmandise ou la frustration.
  • Apprenez à votre chien où se trouve sa place. Il ne devrait rester que sur un seul côté lorsque vous courrez pour éviter les changements de direction dangereux.

La randonnée avec son chien : tous nos conseils

Vous avez envie de tester une nouvelle activité sportive avec votre chien ? Les balades autour du pâté de maisons ne vous suffisent plus et vous recherchez de nouveaux défis ? Essayez la randonnée avec votre chien. C’est une activité à part entière qui stimulera votre chien.

Où peut-on faire de la randonnée avec ton chien, quelles sont les précautions à prendre ?

Découvrons au travers de cet article tous les rudiments de cette magnifique discipline.

Randonnée avec son chien : le principe

Lorsqu’on parle de cani-randonnée, il ne s’agit plus des petites promenades en ville, mais de réels itinéraires de 10 km ou plus. La durée peut varier de quelques heures à plusieurs jours si vous décidez de partir en expédition avec votre chien, tel un explorateur des temps modernes.

Pour un week-end ou en vacances, c’est une activité idéale à faire avec votre compagnon et l’occasion de vivre des moments de partage inoubliables. Sur votre chemin, il est certain que vous découvrirez aussi de magnifiques paysages. Rien que pour tout cela, il vaut le coup de faire de la randonnée avec son chien.

Comment pratiquer la cani-randonnée ? Les différentes options.

Pour pratiquer la cani-randonnée, vous avez plusieurs possibilités. Même si usuellement, on utilise le chien pour nous tracter grâce à un harnais de traction (pour lui) et une ceinture adaptée (pour vous), ce n’est pas la seule option envisageable.

Si votre chien coopère facilement et est obéissant, vous pouvez également le laisser en totale liberté. Toutefois si vous avez peur de ne pas maîtriser votre chien, vous pouvez le tenir en laisse, mais dans ce cas, autant se laisser tracter.

Sachez que vous avez également la possibilité de faire porter à votre chien une partie des provisions de randonnée. Attention toutefois, car pour sa santé, un chien ne devrait pas porter plus de 10 % de son poids.

Randonnée avec son compagnon canin : pour quels chiens ?

En premier lieu, il est essentiel de vous assurer que votre chien soit en bonne santé. Évidemment, un chien blessé ou souffrant d’un problème psychologique ne pourra pas vous accompagner sur ces longues promenades.

Attention aux grands et aux petits chiens en randonnée

De plus, les petits chiens et les très grands chiens ne seront pas les compagnons idéaux de randonnée. En effet, les chiens de petite taille risqueraient d’avoir du mal à franchir les obstacles tandis que les chiens de très grande taille peuvent avoir des douleurs au niveau des articulations sur les longues distances.

Les chiens au nez écrasé

Aussi, les chiens qui ont le nez un peu écrasé tel que les Boxers ou les Bulldogs peuvent avoir des difficultés de ventilation au cours d’une telle randonnée. Prenez donc vos précautions.

Toutefois, même si vous avez un petit ou un grand chien, vous pourrez tout de même faire de la cani-randonnée. Il faudra cependant faire preuve de bon sens et adapter le type d’itinéraire, sa longueur et sa durée à la taille et aux capacités de votre chien.

Le caractère de votre chien

Il est aussi important que votre chien apprécie la cani-rando. Comme les êtres humains, les chiens ont chacun leur caractère propre. Ainsi, si vous remarquez qu’il est assez casanier et qu’il n’aime pas se promener à l’extérieur, n’imaginez pas parcourir les Alpes avec lui.

Vous devrez également faire attention aux chiens qui ont un instinct de chasse prononcé afin qu’ils ne vous filent pas entre les doigts au cours de la randonnée !

Enfin, assurez-vous que votre chien soit obéissant et que vous ayez réglé tout éventuel problème d’agressivité avec lui. La muselière convient pour de petites distances, mais peut très vite devenir handicapante lorsque la randonnée dure plusieurs jours l’empêchant de bien se ventiler.

Randonnée avec son chien : à quel endroit ?

Il est important de planifier les itinéraires de cani-rando et de bien les adapter aux capacités de votre chien. Comme nous le mentionnions plus tôt dans l’article, tous les parcours ne sont pas adaptés à tous les chiens.

Nous vous conseillons des endroits où vous pourrez facilement proposer à votre chien de s’hydrater avec la présence de rivières ou de lacs qui contiennent de l’eau potable.

Pour des randonnées de plusieurs jours avec votre chien, prévoyez les lieux où vous dormirez. En effet, certains endroits n’acceptent pas les chiens et il serait dommage de devoir renoncer à y passer la nuit en cours de route, vous forçant à dormir dans un lieu non sécurisé.

Pensez aussi à vous renseigner à l’avance sur les lieux dans lesquels vous avez l’intention d’effectuer la cani-rando, car les chiens sont interdits par la loi à certains endroits (parc, réserves naturelles, etc.), et ce même si vous attachez votre toutou.

Randonnée avec son chien : les précautions à prendre

Nous vous avons déjà donné de nombreux conseils pour partir en toute sécurité. Mais d’autres éléments sont indispensables.

Par exemple, lorsque le jour J est proche, pensez à faire vérifier par votre vétérinaire que le chien est bien apte à effectuer la randonnée avec vous.

De plus, si vous décidez de faire porter des choses à votre chien, ne lui demandez pas de vous tracter en plus : cela lui ferait une charge totale trop lourde (et dangereuse pour sa santé).

En randonnée, pensez à apporter : de l’eau, des gamelles légères, du matériel de secours ou de petites coupures, une médaille avec vos coordonnées (que le chien devra toujours porter), du matériel de traction, son carnet de santé, des chaussures adaptées si le chien se blesse les pattes.

Personnellement, mon chien s’est déjà blessé au niveau de ses coussinets durant une balade sur les montagnes de Corse et depuis, je pense toujours à apporter les chaussures spécifiques !

Aussi, des barres énergétiques seront également les bienvenues pour aider votre chien à tenir le coup durant la balade.

En résumé

  • Faites vérifier l’état de votre chien auprès du vétérinaire avant de partir en randonnée avec votre chien
  • Planifier correctement vos itinéraires pour votre sécurité, surtout si vous partez plusieurs jours
  • Soit vous vous faites tracter, soit vous faites porter du matériel à votre chien (à hauteur de 10 % de son poids), mais jamais les deux
  • Si votre chien a des instincts de chasseur et que vous ne pensez pas pouvoir le contrôler, ne le détachez pas
  • Pour sa sécurité, ne laissez pas votre chien aller en dehors de votre vue
  • Assurez-vous avant de partir que votre chien soit obéissant et non agressif
  • Prenez toujours du matériel de secours avec vous et faites lui porter vos coordonnées en cas de perte
  • Faites des pauses régulières pour que vous et votre chien puissiez boire et randonner sereinement
  • Prenez bien en compte le caractère de votre chien. Contrairement aux idées reçues, tous n’aiment pas les randonnées.

Le treibball avec votre chien : règles et déroulement

Le treibball est un sport canin tout récent qui a le potentiel de devenir véritablement populaire. Peut-être en avez-vous déjà entendu parler ?

Le treibball stimule les capacités physiques et mentales du chien. C’est moins le cas pour le maître dont le rôle principal est de diriger le chien à distance.

Qu’est-ce que le treibball ?

Le treibball est d’origine allemande. L’inventeur de ce sport se nomme Jan Nijboer. L’objectif est simple : on dirige son chien avec sa voix pour qu’il apporte des balles dans des buts.

Le treibball a été conçu à l’origine pour assouvir les instincts des chiens de troupeau qui n’avaient pas l’occasion d’en diriger un.

Vous en conviendrez, il est plus pratique pour le dresseur d’utiliser des balles pour l’entrainement que des troupeaux de moutons…

Pourquoi pratiquer le treibball ?

Comme pour la plupart des sports canins, le treibball possède de nombreux avantages. Premièrement, il renforcera les liens que vous entretenez avec votre chien et les rendra plus forts. Vous optimisez ainsi la qualité d’écoute de votre chien à votre égard et favorisez sa disposition à obéir.

La particularité de ce sport est qu’il est adapté aux chiens berger. Il va permettre d’assouvir les instincts de rassemblement de troupeaux de ces chiens. Toutefois, le treibball est accessible à tous les chiens. Il aura l’avantage de satisfaire non seulement leur besoin de dépense physique, mais aussi leur besoin de stimulation intellectuelle. Il rend l’éducation du chienplus facile.

Un autre point important est que les chiens de berger ont parfois tendance à être peu délicats avec les animaux du troupeau. En l’entrainant avec des objets non vivants, vous améliorerez sa dextérité et le bien-être de votre bétail qui souffrira moins de stress.

Qui peut pratiquer le treibball ?

N’importe quel maître et n’importe quel chien peut pratiquer le treibball et c’est ce qui fait le charme de ce sport canin. Si par exemple vous ou votre chien êtes trop vieux pour pratiquer l’agility, le treibball est fait pour vous.

De même, si vous ne trouvez pas le courage de parcourir des dizaines de kilomètres en courant avec votre chien, optez pour le treibball ! En effet, le chien est stimulé physiquement, car il doit courir après des balles et apporter. Le maître quant à lui reste assez statique durant l’exercice.

Comment se pratique le treibball en bref ?

Nous en parlerons plus en détail dans la suite de l’article, mais de façon concrète, le maître est comme un goal. Il restera dans ses cages. Ainsi, il sera positionné en face du chien et des balles et son rôle essentiel sera de guider l’animal. On admettra qu’il existe des sports bien plus physiques pour les humains!

L’avantage est que même les duos chien/maîtres qui ont quelques difficultés physiques pourront tout de même pratiquer le treibball comme loisir ou en compétition. De plus, ce sport est par exemple idéal pour les personnes à mobilité réduite qui pourront s’en donner à cœur joie.

Par ailleurs, le treibball peut très bien être pratiqué à la maison dans un petit jardin ou une petite terrasse, ce qui est extrêmement pratique.

Le treibball en concours : le déroulement

La compétition en treibball n’est pas encore très développée, car ce sport est encore très récent. Toutefois, il existe tout de même quelques concours qui lorsqu’ils ont lieu attirent beaucoup de monde du fait de l’accessibilité de la discipline et de l’engouement grandissant qu’elle suscite. Un règlement est même déjà établi pour les compétitions et il faudra vous y plier pour participer.

Les catégories et les niveaux (ou classes)

Le treibball est certes ouvert à tous les chiens, mais il existe quand même quatre différentes catégories.

  • La catégorie 1 avec les chiens de berger ou bouviers de plus de 40 cm au garrot, qu’ils soient croisés ou pas.
  • Les chiens de berger ou bouviers de moins de 40 cm au garrot qu’ils soient croisés ou pas : catégorie 2
  •  La catégorie 3 avec toutes les races autres que les bergers ou bouviers de plus de 40 cm au garrot
  • Toutes les races autres que les bergers ou bouviers de moins de 40 cm au garrot : catégorie 4

En plus des catégories, le treibball compte 4 niveaux de difficulté :

  • Niveau 1 : distance de 5 mètres chien-maître + 3 balles
  • Niveau 2 : distance de 8 mètres chien-maître + 6 balles
  • Niveau 3 : distance de 12 mètres chien-maître + 8 balles
  • Niveau 4 : distance de 15 mètres chien-maître + 8 balles

Les règles et usages

Le maître n’aura pas le droit de quitter ses buts et devra simplement utiliser sa voix et/ou des gestes pour diriger le chien. D’après le règlement, il pourra toutefois s’écarter d’un bras, c’est-à-dire que sa main devra pouvoir toucher ses buts.

La surface du terrain devra être plane. Elle est de 30* 15m. Pour pratiquer le treibball, il vous faudra des balles de gymnastique et des cages avec 3 mètres d’espaces.

La règle du treibball est simple : le chien doit tout simplement apporter les balles une à une à son maître afin de les mettre dans les buts. Il devra essayer de faire le temps le plus court possible.

Les interdits

Attention à l’élimination. Certains comportements ou faits de jeux sont éliminatoires. En effet, vous ne pouvez pas sortir de votre but (vous aurez un premier avertissement si vous le faites) ou hurler/mettre la pression à votre chien.

Le chien quant à lui devra tâcher de ne pas percer une balle ou la sortir du terrain !

Les compétences que devra maîtriser un duo maître/chien pour le treibball

Pour pratiquer le treibball nous vous conseillons de participer à des stages d’entrainements dans lesquels vous pourrez apprendre les tours essentiels à la discipline.

En tant que conducteur, vous devrez être capable de demander à votre chien de vous apporter une balle, la pousser dans votre direction, aller à gauche ou à droite, etc…

Comme nous le disions en début d’article, certaines races de chiens sont littéralement faites pour le treibball et il sera beaucoup plus simple de les faire collaborer !

En résumé

  • Le treibball est accessible à tous, mais les chiens de berger sont les plus à l’aise pour le pratiquer
  • La pratique du treibball va permettre de combler les besoins de dépense énergétique de votre chien tout en vous ménageant, si vous n’êtes pas très sportif ou que vous êtes dans l’incapacité de faire de sport.
  • Le treibball a pour avantages de grandement renforcer les relations entre les maîtres et leur chien.
  • Participez à des stages d’initiation pour apprendre les règles du jeu à votre chien

Dog dancing avec son chien : nos conseils

Qu’est-ce que le dog dancing ? Peut être que vous en avez déjà entendu parler sous le nom d’obé rythmée. Si on en faisait une traduction littérale, cela donnerait « danser avec son chien ».

Deux catégories de dog dancing existent : le freestyle et l’obé rythmée (ou heelwork to music). Le freestyle est assez libre. C’est dans cette catégorie qu’on observe les tours les plus originaux. Par exemple, on peut voir un chien ouvrir une valise ou se cacher à l’intérieur, tout cela en rythme !

Cette catégorie, contrairement à l’obé rythmée, autorise le chien à effectuer une série de tours à distance du maître.

Le Heelwork to music en revanche possède plus de contraintes. Par exemple la distance maximale entre le maître et son chien est d’1 mètre 30. Ainsi l’épreuve porte beaucoup sur le contact entre le maître et son chien.

Le dog dancing, c’est quoi ?

Que ce soit en freestyle ou en obé rythmée, le dog dancing est avant tout un jeu, une activité ludique que vous avez la possibilité de faire avec votre chien. Elle est parfaite pour renforcer votre complicité avec lui. Si en plus vous aimez danser, le dog dancing est totalement approprié pour vous.

Toutefois vous n’avez pas besoin d’être un expert de la dance pour pratiquer cette discipline. Un petit peu d’imagination et de souplesse dans les mouvements feront l’affaire. En pratiquant quelques heures, vous serez déjà prêt pour le dog dancing !

Vous l’aurez compris, c’est une discipline très accessible pour les débutants. Il s’agit simplement d’un enchainement de mouvements et de tours (pour le maître comme pour le chien) sur un fond musical.

Pour les niveaux plus avancés, c’est une autre histoire. Avec près de 5 minutes de chorégraphie sans l’aide de friandises, le dog dancing exigera beaucoup de complicité entre le maître et son chien et surtout un entrainement régulier.

Et vous, saurez-vous bouger en rythme en compagnie de votre chien ? Un défi intéressant à relever.

Pourquoi apprendre le dog dancing ?

Tout d’abord, le dog dancing n’est pas discriminant. Il est ouvert au chien de toutes races, toute taille, tous caractères et toutes horizons. Il faudra simplement s’adapter aux prédispositions de chaque chiens. Certaines races sont moins endurantes ou moins obéissantes et il faudra donc y aller plus doucement dans l’apprentissage des mouvements et des tours.

Le dog dancing possède de nombreux avantages quant à l’éducation de votre chien :

  • Il permet de renforcer les liens entre vous et votre chien
  • Vous permettez à votre chien de se dépenser physiquement et mentalement tout en s’amusant
  • Vous pratiquez une activité ludique avec votre chien
  • Le dog dancing n’est pas gourmand en termes de ressources financières ou matérielles. C’est une des raisons pour lesquelles il est si accessible.
  • Le dog-dancing permet une éducation positive de votre chien. Il apprendra des tours petit à petit à son rythme, sans aucune contrainte. C’est un contexte idéal pour ce genre d’apprentissage.
  • Vous développerez votre complicité avec lui et sa confiance en vous

Nos techniques pour apprendre le dog dancing

Le dog dancing est une succession de tours qu’il faudra enseigner à votre chien. À la suite de cet article, nous vous dévoilerons quatre grandes techniques de dressage au dog dancing.

Sachez que pour utiliser ces méthodes, vous n’aurez pas besoin de clicker, même si ce dernier vous offrirait plus de précision. L’un de nos articles évoque le sujet du clicker training si ce sujet vous intéresse.

Technique n° 1 : la capture

Avec la méthode de la capture, nous allons justement « capturer » un comportement spécifique du chien. Un comportement que ce dernier aura produit naturellement dans la vie quotidienne.

Cette technique n’est donc pas adaptée pour un mouvement spécifique que le chien ne ferait jamais naturellement.

Pour capturer un comportement, on clicke/récompense le chien à chaque fois qu’il le produit. Je me souviens que mon chien avait l’habitude de tourner sur lui-même lorsqu’il était sur le point de manger.

À chaque fois qu’il le faisait, je le récompensais en lui offrant par exemple une caresse. À force, il a fini par associer ce mot à son comportement et désormais, je suis capable de lui demander de tourner sur lui-même sur commande !

Il faut tout de même rester modéré dans l’utilisation de cette technique qui peut s’avérer ennuyeuse et embêtante pour le chien si vous en abusez.

Technique n° 2 : le leurre

La technique du leurre consiste à guider le corps du chien vers la position que vous désirez avec… un leurre. Vous utiliserez donc au départ une friandise pour lui apprendre à tourner sur lui-même, à faire un roulade ou encore à se coucher.

Il faudra penser à éliminer le leurre le plus vite possible (mais tout de même de manière progressive) au risque de voir le chien ne produire le comportement souhaité que lorsque vous lui présenterez la friandise, le jouet ou le leurre.

 On passera donc petit à petit de la friandise au jouet, du jouet à la main qui guide et de la main à la simple voix.

L’inconvénient majeur de la technique du leurre est qu’elle ne permet pas vraiment au chien de réfléchir et de développer ses capacités. Nous verrons que la technique suivante permet réellement au chien d’assimiler, de réfléchir et de comprendre ce qu’il fait.

Technique n° 3 : Le façonnage (ou shaping)

Comme son nom l’indique, cette méthode va permettre au maître de « façonner » son chien petit à petit, de manière à ce qu’il produise le comportement souhaité.

Le principe est le suivant : on joue sur le chaud et le froid. Quand le chien va proposer un comportement qui se rapproche de celui que nous souhaitons (se rapprocher, sentir, toucher), on va le récompenser (clicker).

Quand il s’éloignera, on ne le récompensera pas.

On reproduira cela jusqu’à ce que le chien soit en mesure de proposer le comportement final de sa propre initiative. On n’attendra pas forcément que le chien réussisse dès la première séance. Selon la difficulté du tour, le processus peut être très long.

Le shaping est donc la forme évoluée de la technique de la capture que nous avons vue juste avant : on ne capture plus un comportement naturel, mais « construit par l’homme ».

Cette méthode stimule réellement les capacités intellectuelles de votre chien, car elle exige qu’il devine de lui-même le bon comportement, celui qui lui permettra d’obtenir une récompense de manière systématique.

C’est une technique avancée qu’on utilisera pour apprendre des tours complexes au chien.

Attention à bien évaluer votre chien et ne pas le stimuler de manière excessive, car les séances de shapping peuvent être éprouvantes pour les animaux.

Technique n° 4 : les cibles

Les cibles sont un allié de poids lorsque vous souhaitez vous entraîner au dog dancing. Il permet au chien d’assimiler certains mouvements de façon plus précise. Le principe est simple : vous proposez une cible au chien et il devra la suivre.

Vous avez la possibilité d’utiliser votre main, une baguette ou même un tapis. Ce dernier sera particulièrement utile pour faire comprendre au chien à quelle distance vous voulez qu’il effectue un tour.

Vous pourrez par exemple demander à votre chien d’aller s’asseoir sur le tapis.

En complément de toutes ces techniques, nous vous conseillons le livre « Dresser son chien en 15 minutes par jour » de plusieurs centaines de pages. Il est très complet et c’est un excellent compléments aux conseils délivrés chez Alpha Chien.

En résumé

  • Le dog dancing est une pratique accessible à tous les chiens
  • C’est une chorégraphie du chien et son maître sur un fond musical
  • Il existe deux catégories de dog dancing : le freestyle et l’obé rythmée
  • Le dog dancing renforce beaucoup les liens entre un maître et son chien, il développe la confiance mutuelle
  • Les cibles sont très intéressantes pour développer l’acuité du chien
  • Utilisez la méthode du shapping pour apprendre des tours à votre chien et stimuler son intellect !